Les résidents du camp ont besoin d’aide

Nous nourrissons les réfugiés à Lesbos !

Les résidents du Camp Moria 2.0 sont confrontés quotidiennement à d'énormes problèmes, mais ceux-ci ne peuvent être résolus s'ils ne soulagent pas d'abord leur faim. Chaque repas que vous achetez augmentera notre capacité. Notre rêve est de pouvoir livrer des repas à tout le monde chaque jour.

en savoir plus

Nous avons déjà:
37 462 PLN
Nous avons besoin de :
38 000 PLN

Construisons ensemble une autre Fabrique de Bien

Liban

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été exacerbée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les citoyens éduqués fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage, les coupures d’électricité et les pénuries de carburant.

Infos clés:
  • Depuis le début de la crise, la livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 400 % entre janvier et décembre 2020.
  • Le PIB a baissé de 20,3% (2020)
  • 78% de la population libanaise (3 millions de personnes) vit dans la pauvreté. L’extrême pauvreté a touché 36% de Libanais (1,38 million)
  • il y a une pénurie nationale de médicaments essentiels
  • les coupures prolongées d’électricité et la pénurie de carburant (jusqu’à 20 heures par jour) paralysent la vie quotidienne des Libanais
Nous fournissons des

médicaments

aux personnes les plus vulnérables

05.09.2021

« Chaque jour, je prie pour que mon fils ne se casse pas une jambe, un bras ou même un doigt. Je préfère qu’il reste à la maison que de sortir dans la cour où il peut se blesser », explique Khadi, notre chauffeur. « La pauvreté n’est pas seulement un manque d’argent, mais une situation dans laquelle vous ne pouvez plus rien acheter avec l’épargne durement gagnée de toute votre vie. La pauvreté est l’incapacité d’acheter des médicaments ou d’obtenir de l’aide à l’hôpital, où ils sont également rares. »

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été amplifiée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. Nous quittons Beyrouth en pleine nuit. La ville est vide et l’électricité n’a fonctionné que deux heures par jour ces dernières semaines. Les rues et les immeubles sont sombres après la tombée de la nuit. Il n’y a qu’une animation à quelques kilomètres avant l’aéroport. « Nous devons partir tôt pour que vous puissiez prendre votre vol », n’a cessé de répéter Khadi toute la journée, nous le rassurons en lui disant que deux heures suffisent. Nous avons su par la suite pourquoi il parlait ainsi. Des avions vides arrivent dans le pays, mais il n’y a pas assez de places sur les vols au départ du Liban. A deux kilomètres de l’aéroport, nous nous retrouvons coincés dans un embouteillage. Nous devons marcher une partie du chemin jusqu’au terminal. Il y a une foule dans le hall des départs. Ils s’embrassent, ils pleurent, ils se font des accolades. Vous pouvez voir qu’ils disent au revoir pour de bon. Ils traînent tous leurs biens jusqu’au comptoir d’enregistrement sur des chariots à peine capables de supporter le poids de leurs piles de valises. Il n’y a pas de files d’attente, juste une foule, un fleuve de personnes fuyant l’une des pires crises économiques au monde, qui a frappé leur patrie.

« Si rien ne change, je partirai aussi. Je n’en ai pas vraiment envie, mais bientôt je n’aurai plus le choix. Il ne s’agit pas de moi, mais des enfants », dit Khadi. Notre chauffeur sort son téléphone de sa poche et nous montre une photo de son fils et de sa petite fille. « Ils devraient aller à l’école la semaine prochaine, mais on ne sait toujours pas s’il y aura des cours. Il y a une pénurie de carburant. Comment les enseignants se rendront-ils à l’école ? Qui peut se permettre d’y conduire ses enfants ?

La vie est également rendue plus difficile par des coupures de courant qui durent des heures. La seule alternative est les générateurs diesel, mais ceux-ci ont besoin de carburant. C’est un cercle vicieux. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les personnes instruites fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage chaque mois et le manque d’accès aux produits alimentaires de base et aux médicaments.

Le premier argent de la collecte de fonds que nous avons annoncée pour établir une autre Fabrique de Bien, cette fois au Liban, est déjà utilisé là-bas. Grâce à vous, nous avons pu envoyer au Dr Elias la moitié des besoins mensuels en médicaments.

Adventure of Charity – (L’Aventure de la Charité), dirigée par le Dr Elias, touche 260 patients. Il s’agit le plus souvent de personnes atteintes de maladies chroniques. Le modeste dentiste de la périphérie de Jounieh, une ville à une dizaine de kilomètres de la capitale, mène depuis quelques mois une bataille impossible. C’est grâce à lui que plusieurs de ses patients sont encore en vie. Le manque de médicaments, difficiles à obtenir dans tout le pays, serait pour eux une condamnation à mort.

Nous avons très hâte que vous soyez à nos côtés et que vous aidiez à répondre aux besoins des personnes qui, sans fournitures de médicaments, de nourriture et de produits de base, ne survivront pas les prochains mois. Rejoignez notre collecte de fonds. Produisons encore plus de BIEN dans un endroit où on en a désespérément besoin aujourd’hui.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->