Nous lançons la Bonne Fabrique au Liban

Il y a une pénurie de médicaments essentiels au Liban

Le salaire moyen libanais est à peine suffisant pour acheter 13 sachets de paracétamol. Les pharmacies sont vides. Apportons notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin !

en savoir plus

Nous avons déjà:
19 075 PLN
Nous avons besoin de :
45 000 PLN

Grâce aux poches de sang vitales, voici à quoi ressemblent Judith et sa fille Rehema aujourd'hui

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

25 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

8 000

patients atteints de paludisme
En 2020 nos sage-femmes ont assisté à environ

1029

accouchements

01.09.2021

En novembre de l’année dernière, nous vous avons rendu compte des événements dramatiques qui ont eu lieu à Ntamugenda. Une femme enceinte qui avait reçu une balle dans l’estomac avait été emmenée à notre hôpital. La mère et sa fille sont sorties indemnes. Bébé Rahema ressemble à ça aujourd’hui !

Judith était enceinte de huit mois. Elle a découvert le danger trop tard. Elle voulait voir ce qui se passait avec les voisins qui étaient barricadés par les assaillants qui voulaient kidnapper le père de famille contre rançon. Ils ne l’ont pas trouvé, alors ils ont terrorisé sa femme. Lorsque Judith est allée voir si les voisins allaient bien, la Kalachnikov a éclaté et l’a clouée au sol. Une balle a touché la poitrine, l’autre… le ventre.

Nous travaillons au Congo dans des conditions extrêmes, mais la même région abrite des milliers de personnes, le seul endroit sur Terre qu’ils connaissent. De nouvelles rébellions et groupes de bandits poussent ici comme des champignons. Il ne se passe pas un jour sans que quelqu’un ne soit kidnappé, abattu ou tué. Des innocents souffrent. Souvent des femmes et des enfants. Grâce au dévouement des sœurs et du personnel de l’hôpital de Ntamugenga, des dizaines de milliers de personnes ont chaque année la chance de se rétablir ou de survivre ici.

Au début, les médecins étaient presque certains que le bébé de Judith ne pouvait pas être sauvé. Cependant, il s’est rapidement avéré que la balle a frotté contre l’estomac, mais n’a pas touché le fœtus. Une transfusion sanguine immédiate, de l’oxygène et une chirurgie rapide ont sauvé la vie de la mère et de sa fille. Rehema est née un peu trop tôt. Elle a été sauvée par un nid chaleureux, que nous avons aussi grâce à vous. Judith n’a pas imaginé la naissance de son premier enfant de cette façon, mais la joie de vivre et de grandir si bien rend impossible d’être plus heureuse.

Grâce à vous et à la formidable équipe de Ntamugenga, de nombreux miracles se produisent sous nos yeux. Grâce à vous, il peut y en avoir encore plus. Pour sauver la vie de quelqu’un, toute transfusion sanguine doit d’abord être réalisable. Pour que cela se produise, nous devons acheter du sang. Au Congo, le sang s’achète, car bien que les donneurs le donnent gratuitement, il doit être collecté dans des conditions appropriées, testé plusieurs fois, correctement transporté et stocké. Les points de don de sang ne sont pas subventionnés, ils sont entretenus par des hôpitaux qui paient pour chaque poche de sang. Les prix fluctuent, mettant parfois un coup à notre budget, tombant parfois à 20 USD, ce qui reste une grosse dépense, mais à laquelle nous nous sommes habitués.

Aujourd’hui, nous vous demandons au moins une telle pinte de sang vivifiant qui a déjà sauvé Judith et son petit trésor, Rehema !