Nous lançons la Bonne Fabrique au Liban

Il y a une pénurie de médicaments essentiels au Liban

Le salaire moyen libanais est à peine suffisant pour acheter 13 sachets de paracétamol. Les pharmacies sont vides. Apportons notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin !

en savoir plus

Nous avons déjà:
19 075 PLN
Nous avons besoin de :
45 000 PLN

La Bonne Fabrique au Liban – il y a une pénurie de médicaments essentiels

Faire un don
Nous avons déjà
19 075 PLN
Nous avons besoin de
45 000 PLN
L’action est soutenue par: 291 personnes
Partagez

Liban

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été exacerbée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les citoyens éduqués fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage, les coupures d’électricité et les pénuries de carburant.

Infos clés:
  • Depuis le début de la crise, la livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 400 % entre janvier et décembre 2020.
  • Le PIB a baissé de 20,3% (2020)
  • 78% de la population libanaise (3 millions de personnes) vit dans la pauvreté. L’extrême pauvreté a touché 36% de Libanais (1,38 million)
  • il y a une pénurie nationale de médicaments essentiels
  • les coupures prolongées d’électricité et la pénurie de carburant (jusqu’à 20 heures par jour) paralysent la vie quotidienne des Libanais
Nous fournissons des

médicaments

aux personnes les plus vulnérables

Services de santé

La Bonne Fabrique au Liban ! Depuis plusieurs mois, nous observons la situation dans laquelle se trouve le peuple libanais. L’explosion de l’année dernière à Beyrouth – la troisième explosion artificielle la plus puissante de l’histoire de l’humanité – n’était que la pointe de l’iceberg de tous les problèmes de ce petit pays du Moyen-Orient. Le 4 août 2020, près de 300 000 personnes ont perdu leur maison en quelques secondes, 219 ont été tuées et plus de 7 000 ont été blessées. Cependant, la crise qui se déroule ici depuis 2019 pourrait à long terme s’avérer plus forte et plus dévastatrice que la plus grande explosion du siècle.

« Les gens n’ont pas d’argent pour subvenir à leurs besoins. Le pays manque de nourriture, de carburant et de médicaments de base, et le prix d’un paquet de paracétamol a déjà atteint le dixième du salaire mensuel moyen du Libanais, explique le Dr Elias.

Notre interlocuteur est dentiste. En plus de son travail dans sa clinique, il dirige depuis 20 ans le projet « Adventure of Charity – Aventure de la charité », fournissant des médicaments aux patients qui n’en ont pas les moyens. « Sans médicaments, les gens meurent. C’est aussi simple que ça », explique-t-il. Lorsque son fils adolescent est décédé subitement il y a quatre ans, il a décidé de consacrer chaque mercredi, le jour de sa mort, entièrement à ceux qui en ont le plus besoin. Il livre des médicaments aux plus pauvres, mais le nombre augmente de jour en jour et il n’est plus en mesure d’aider tout le monde. Les budgets des ménages de la classe moyenne libanaise sont également récemment tombés dans une situation catastrophique.

Le Liban n’a pas été en mesure de former un gouvernement depuis deux ans. Le pays fait faillite de jour en jour. Près de 80 % des Libanais déclarent avoir des difficultés à se nourrir. Les gens mangent moins, ils n’envoient pas leurs enfants à l’école, ils demandent à des amis à l’étranger des médicaments et de l’argent, il n’y a pas d’électricité et pour acheter du carburant, ils doivent faire la queue pendant huit heures.

Le taux de change officiel du dollar est de 1 500 livres libanaises, mais la devise américaine n’étant pratiquement plus disponible dans le coffre-fort de la Banque centrale, vous ne pouvez l’obtenir que sur le marché noir. La corruption dans le pays est endémique et les banques ont gelé l’épargne des Libanais. Ce ne sont pas 1 500 mais 18 000 livres libanaises qui se payent aujourd’hui pour un dollar au marché noir. Cela signifie qu’un salaire de 800 USD il y a deux ans vaut désormais 70 USD.

Les prix des médicaments, de la nourriture et de la plupart des produits essentiels sont restés aux niveaux d’avant la crise car ils sont importés. Une personne gagnant un salaire moyen de 675 000 LBP au Liban aujourd’hui peut l’échanger contre un maximum de 13 paquets de paracétamol, en y dépensant l’intégralité de ses revenus. Il peut, bien que ce soit une tâche punitive car la plupart des pharmacies sont vides. Les patients en oncologie n’ont aucune chance de traitement depuis plusieurs mois maintenant. Ceux qui souffrent d’hypertension, de diabète et d’autres maladies chroniques sont également impuissants. En raison du manque d’anesthésiques, les hôpitaux annulent toutes les procédures prévues pour ne sauver que ceux qui se présentent aux urgences en cas d’urgence.

Chaque jour, je prie pour que mon fils ne se casse pas une jambe, un bras ou même un doigt. Je préfère qu’il reste à la maison que de sortir dans la cour où il peut se blesser », explique Khadi, notre chauffeur. « La pauvreté n’est pas seulement un manque d’argent, mais une situation dans laquelle vous ne pouvez plus rien acheter avec l’épargne durement gagnée de toute votre vie. »

Pendant deux jours, nous suivons le Dr Elias dans son travail pour aider les personnes dans le besoin. « Adventure of Charity » atteint 260 patients. Il s’agit le plus souvent de personnes atteintes de maladies chroniques. Un modeste dentiste de la périphérie de Jounieh, une ville à une dizaine de kilomètres de la capitale, mène depuis des mois une bataille impossible. Mais il impressionne par son sang-froid, sa modestie et sa détermination.

Il nous invite dans un petit appartement. C’est un modeste bureau et un lieu de rencontre pour sept bénévoles. Il nous montre des dossiers de patients méticuleusement tenus et des listes de médicaments que chaque patient doit prendre. Ceux-ci incluent des antibiotiques, des médicaments pour l’hypertension artérielle et le diabète, mais aussi des suppléments de base, des vitamines, des probiotiques et des analgésiques. Sur l’étagère du bureau, des médicaments attendent plusieurs dizaines de personnes. Il s’est battu pendant des heures pour obtenir chacun d’eux, ils sont donc très précieux ici.

Nous apportons notre aide à nos patients en toute discrétion, emballés dans une pochette cadeau. En plus des médicaments, nous essayons de donner à chacun ce dont il a besoin. De plus en plus, ce sont aussi des produits alimentaires, des produits de nettoyage et d’hygiène personnelle. Nous livrons les médicaments et articles nécessaires au domicile de chaque personne que nous aidons.

Le Dr Elias et moi avons rendu visite à plusieurs des personnes dont il s’occupe. Zoia a 58 ans, souffre de problèmes cardiaques, d’ostéoporose et de toute une série de complications. Elle a récemment subi sa troisième opération. « Sans les médicaments du médecin, je serais morte », dit-elle en pleurant. Sa mère malade de 80 ans est assise à côté de Zoia. Elle n’arrête jamais d’embrasser Elias. Le mari de Zoia a une maladie pulmonaire. Il y a un concentrateur d’oxygène près du lit, également offert par « Adventure of Charity ». – Mon mari, ma mère et moi sont maintenant soutenus par ma fille et mon fils. Leur salaire combiné est de 135 USD (513 PLN) », explique Zoia. – Il n’existe pas de système de retraite au Liban. Personne ne reçoit d’argent lorsqu’il n’est plus en mesure de travailler. Les personnes âgées sont prises en charge par la famille, mais comment pouvez-vous subvenir à vos besoins et à ceux de vos parents malades lorsque le taux de change monte en flèche et que votre salaire n’est soudain que de 50 USD (190 PLN) – explique le docteur Elias, écartant les bras, impuissant.

Il est difficile de comprendre la situation du peuple libanais en se basant uniquement sur des chiffres, car ceux-ci n’ont pas de visage. L’augmentation de 400 % des prix des denrées alimentaires, la perte de valeur de 90 % de la livre libanaise ou la pauvreté déjà vécue par 80 % de la population ne sont que des chiffres. Cependant, il suffit de regarder dans les yeux de Zoia, de sa famille et de tous les autres patients du Dr Elias pour comprendre à quel point la situation est désastreuse pour le peuple libanais.

Nous avons lancé une collecte de fonds. Nous avons très hâte que vous soyez à nos côtés et que vous nous aidiez à répondre aux besoins des personnes qui, sans médicaments, sans nourriture et sans produits de base, ne survivront pas aux mois à venir.

Ce qui est le plus nécessaire, bien sûr, ce sont les médicaments. Acheter ce qui est encore disponible dans le pays oblige Elias à lever environ 4 à 5 000 USD par mois. C’est difficile, car ceux qui l’aidaient avec des dons demandent maintenant eux-mêmes de l’aide. Nous savons maintenant avec certitude que la prochaine Fabrique de Bien doit être construite ici même. Aujourd’hui, nous avons envoyé au Dr Elias un message que nous ne l’abandonnerons pas, et nous allons nous battre avec lui pour assurer les besoins fondamentaux de ceux qui lui sont confiés.

« Aujourd’hui aurait été l’anniversaire de mon fils. Il vous a envoyé ici. J’en suis sûr », nous dit le Dr Elias en nous faisant ses adieux les larmes aux yeux.