Nourrir un enfant n'est que le début

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • environ 15,6 millions – 18% de Congolais souffrent de la faim
  • 3,4 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë
  • 41,8% des millions d’enfants de moins de 5 ans sont rabougris
  • 63,2% des enfants de moins de 5 ans ainsi que 41% des femmes entre 15 et 49 ans ont une forme d’anémie
En 2021, nous avous sauvé de la maladie de famine

550

mineurs affamés
Notre centre d’aide alimentaire prend en charge au moins

70

enfants par semaine

15.08.2022

Il ne manque toujours pas de personnes dans ce pays qui croient que les avocats causent l’épilepsie et qu’une tomate ne peut pas être mangée crue. Les épinards, les carottes et les betteraves, bien qu’ils poussent bien dans le climat chaud congolais, sont considérés comme exotiques, tandis que les haricots et le manioc sont des aliments de base. Malheureusement, ce n’est pas assez de nourriture pour les enfants, qui ont besoin de protéines, de graisses saines et simplement de variété dans leur alimentation.

C’est pourquoi notre centre de nutrition en République démocratique du Congo met autant l’accent sur l’éducation des parents. Nourrir un enfant n’est que le début – notre objectif est d’éliminer la faim dans les villages environnants. Qu’en est-il de Ntamugenga, où se trouve le centre ? Nous en sommes arrivés au point où il n’y a plus de patients des environs immédiats au centre de nutrition, et chaque cas de malnutrition est immédiatement reconnu par la communauté locale !

❓ À quoi ressemble l’éducation des parents ?

Nous commençons par une causerie de sensibilisation à laquelle tous les parents participent. Plus tard, lorsque les enfants sont nourris, nous invitons les familles dans le jardin où elles peuvent voir des choses qu’elles ne cultivent pas elles-mêmes, à savoir des épinards, des carottes et des betteraves. Parler de vitamines n’est pas suffisant pour convaincre qui que ce soit de changer son alimentation, alors la partie suivante est pratique – nous invitons les parents dans la cuisine, où ils nous aident à préparer la nourriture pour les enfants et, ce faisant, apprennent que faire une salade appétissante est une excellente façon de se faufiler de plus de vitamines.

Tout cela est possible grâce à votre soutien ! Le 8.08 – soit le huitième anniversaire de la Bonne Fabrique – nous avons lancé une collecte de fonds de 808 repas pour notre centre de nutrition. Rejoignez-nous et avec un minimum d’effort, produisez une ÉNORME quantité de bien avec nous !

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->