Nous lançons la Bonne Fabrique au Liban

Il y a une pénurie de médicaments essentiels au Liban

Le salaire moyen libanais est à peine suffisant pour acheter 13 sachets de paracétamol. Les pharmacies sont vides. Apportons notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin !

en savoir plus

Nous avons déjà:
19 075 PLN
Nous avons besoin de :
45 000 PLN

En direct de Lesbos, le récit du Dr. Kosmęda

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque semaine, nous servons plus de

2 000

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

13.07.2021

Aujourd’hui, nous donnons notre facebook à Ola Kosmęda, une femme médecin qui est avec nous à Lesbos pour la première fois – bien qu’elle connaisse par cœur ses missions médicales – et avec qui nous rendons visite chaque jour aux habitants du camp Moria 2.0 :

« Je suis pleinement consciente que je ne résoudrai pas les problèmes sociaux et politiques qui ont conduit à l’existence d’un lieu comme la Moria en Europe. Je n’aiderai pas tout le monde, je ne guérirai pas tout le monde. Je ne coopère pas avec les grandes organisations pour de nombreuses raisons. Je n’aime pas certaines de leurs méthodes, je n’aime pas être dépendant. J’aime être clair sur les activités prévues à tous égards. Soit, je voyage seul, soit, avec des fondations dont les gérants sont mes amis et j’ai 100% confiance en eux (quelles sont leurs intentions et comment chaque zloty est dépensé par eux). Une autre condition est de savoir si et quels partenaires locaux sont impliqués sur place. Je n’ai aucun doute sur le projet à Lesbos.

Nous avons rencontré Mateusz, le président de la Fondation La bonne Fabrique, en Zambie, à Kasisi il y a de nombreuses années et ce fut le début de notre amitié. Le vrai dont on parle dans les livres. Je me souviens d’une histoire que Mateusz a vécu au Togo chaque matin, je voyais un garçon mendier sur la plage près de l’hôtel. Un jour, il l’invita à table. Il s’est avéré que le garçon vit avec son père et plusieurs frères dans une grande pauvreté, car son papa a perdu sa femme de manière inattendue et a à peine réussi à joindre les deux bouts en travaillant sur des bateaux de pêche. Mateusz a organisé une aide pour cette famille qui avait besoin d’un bateau, outil de travail pour son père. Puis, en visite au Togo, il a vu de temps en temps comment leur vie a changé, et le garçon est devenu un adolescent et a toujours réagi à la vue de Mateusz avec une grande joie. Et c’est de cela qu’il s’agit. Pour la pleine conscience, un cœur ouvert, faire ce que vous pouvez ici et maintenant, à ce moment particulier, éveiller l’espoir chez les gens.

Grâce à Katerina et Nikos, qui ont créé Home for All et qui, depuis des années, font beaucoup de bonnes choses pour ces personnes, notamment en fournissant aux patients des repas bien équilibrés, nous pouvons également faire connaissance avec d’autres familles et enfants du camp et répondre à leurs problèmes médicaux très spécifiques. C’est extrêmement important, car même lorsque l’aide médicale est organisée ici, les gens doivent faire d’énormes files d’attente. Ils abandonnent souvent même d’essayer de demander de l’aide, parce qu’ils sont tout simplement perdus, timides et honteux, ou ils abandonnent l’espoir à cause d’innombrables tentatives précédentes qui ont échoué.

Pour moi, le plus touchant, c’est quand on est invité à dîner sous une tente, on peut parler honnêtement et faire connaissance. En aidant la Bonne Fabrique, je suis sûr que l’aide atteint un enfant spécifique dans le besoin, que nous ne sauvons pas le monde, mais une personne spécifique. Je connais déjà le nom des gens du camp que j’ai rencontrés ici. Je sais que Benny (3 semaines) a besoin d’une consultation avec un orthopédiste pédiatrique et nous sommes en train de l’organiser à Athènes ; que Maria, qui a quelques années seulement, est probablement allergique au lait. Une courte interview a suffi. Jusqu’à présent, elle n’avait reçu d’aspirine que pour les maux de ventre. Maintenant à Home for All on lui prépare chaque jour des repas spéciaux. Je sais qu’un autre bambin (6 mois) a obstrué les canaux lacrymaux et nous avons déjà envoyé à sa mère une vidéo avec des instructions sur la façon de les masser. Pour moi, aider au moins un enfant, c’est 100 pour cent.

Un de mes amis a écrit : « Mais vous ne faites que réparer des trous, vous ne résolvez pas les problèmes mondiaux de base. « Oui, je raccommode et c’est ce à quoi je me sens appelé à faire, j’essaie de raccommoder les cœurs déchirés, les espoirs et les rêves qui s’effacent, et parfois aussi les corps. Ce qui est important pour moi, c’est le sourire et la gratitude de ces gens dont quelqu’un les a regardés dans les yeux et a vraiment vu ces personnes. »

Aleksandra Kosmęda