Les résidents du camp ont besoin d’aide

Nous nourrissons les réfugiés à Lesbos !

Les résidents du Camp Moria 2.0 sont confrontés quotidiennement à d'énormes problèmes, mais ceux-ci ne peuvent être résolus s'ils ne soulagent pas d'abord leur faim. Chaque repas que vous achetez augmentera notre capacité. Notre rêve est de pouvoir livrer des repas à tout le monde chaque jour.

en savoir plus

Nous avons déjà:
38 022 PLN
Nous avons besoin de :
38 000 PLN
Grèce

Aidons les réfugiés sur l’île grecque de Lesbsos

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque jour, nous servons plus de

800

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

Aide alimentaire
Création d’emplois
Éducation

Depuis septembre 2019, nous aidons les réfugiés de Syrie, d’Afghanistan, d’Irak et des pays d’Afrique sub-saharienne en crise humanitaire ; des réfugiés qui viennent de la Turquie voisine sur des bateaux pontons vers l’île grecque de Lesbos, fuyant la guerre et la pauvreté. 80% d’entre eux sont des femmes et des enfants. Ils vivent dans des tentes de fortune, exposés en hiver aux vents violents et aux averses, et en été à la chaleur, pratiquement sans installations sanitaires ni rations alimentaires adéquates.

Début septembre 2020, le camp de réfugiés de Moria a complètement été ravagé par des flammes. Des milliers de personnes se sont retrouvées sans rien. Ils se sont dispersés sur l’île, passant la nuit au bord de la route et aux stations-service. Après quelques jours, un nouveau camp a été construit pour eux, avec des conditions pires que les précédentes. Les tentes sont situées sur la côte, exposées à des vents violents et à des ruisseaux d’eau se jetant dans la mer lors de fortes pluies hivernales. Le camp était censé être temporaire, mais il est toujours opérationnel aujourd’hui. Les tentes se tiennent régulièrement dans l’eau, qui se brise également à l’intérieur, le vent les renverse. Les habitants ne disposent pas d’installations sanitaires, de médicaments, de vêtements chauds, de produits d’hygiène nécessaires, ils sont privés d’assistance médicale et de tout soutien de la part des autorités du camp.

Dans ce chaos, la Bonne Fabrique essaie de garder le calme et de voir avant tout l’homme. À la « Home for All », c’est-à-dire la Maison pour Tous, dirigée par Nikos et Katerina, nous cuisinons pour les réfugiés et nous leur livrons des repas au camp avec des vêtements et des articles d’hygiène pour les bébés.

Avant le déclenchement de la pandémie, avec Nikos et Katerina, nous avions accueilli 4 groupes de réfugiés par jour dans leur ancien restaurant. Nous leur avons offert non seulement un repas chaud, mais un lieu convivial et un moment de tranquillité pour faire une pause dans la réalité du camp. Vous pouvez jouer à des jeux, lire un livre, regarder la mer, y rester. Nous avons également organisé des cours en cuisine pour les jeunes du camp, les permettant d’avoir des qualifications professionnelles pour l’avenir. Cependant, après le déclenchement de la pandémie, les résidents du camp n’ont pas été autorisés à partir, de sorte qu’aucune formation ou visite à Home for All n’a eu lieu. Au lieu de cela, nous voulons aider les familles qui ont déjà obtenu l’asile à devenir indépendantes. L’appartement est en cours de rénovation, dans lequel les familles seront temporairement transférées. Nikos et Katarina les aideront à chercher un emploi et les aideront à se remettre sur pied.

Selon le HCR, en 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques. Les médias ont qualifié toute la situation de « crise des réfugiés ». Après deux ans, un accord a été conclu entre l’Union et la Turquie. En 2018, moins de 30 000 personnes sont montées sur les bateaux. Cependant, 2019 a apporté une croissance – plus de 60 000 nouveaux arrivants. A la fin de février 2020 nous avons eu une augmentation rapide d’une nouvelle vague de réfugiés. La Turquie, où il y a 3 000 000 de réfugiés de l’est, a cessé de surveiller ses frontières ce qui a provoqué une arrivée de réfugiés un rythme alarmant. À cette époque, jusqu’à 1 000 nouvelles personnes arrivaient quotidiennement.

L’île grecque est devenue un piège et une prison pour les étrangers – ils attendent ici l’obtention d’asile depuis des mois, voire des années. Ils ne sont pas transférés dans d’autres camps plus adaptés, car s’ils se trouvaient en Grèce continentale, avec le refus d’obtenir d’asile, il serait impossible de les renvoyer en Turquie, d’où ils viennent.

Nikos et Katerina sont les seuls Grecs à fournir une aide humanitaire aux réfugiés de l’île. Ils ont sacrifié leur vie paisible plein de soleil et de paix grecque pour aider les autres. Comme ils le disent :

– Nous avions peur que les réfugiés nous infectent avec de nouvelles maladies et introduisent des virus dangereux en Europe, mais les maladies ne sont pas venues d’eux. Nous avions peur que les réfugiés organisent des soulèvements, qu’ils nous attaquent, mais l’attaque n’est pas venue d’eux. Nous avions peur de la guerre dans les rues et de la cruauté des réfugiés, mais la violence n’est pas venue d’eux. N’ayons pas peur d’eux plus que de nous-même, car tous ceux que nous en soupçonnions viennent justement du monde dans lequel nous ne voulions pas tellement les laisser entrer.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->