Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
42 998 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Nouvelles dramatiques du Congo

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

25 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

8 000

patients atteints de paludisme
En 2020 nos sage-femmes ont assisté à environ

1029

accouchements

27.05.2021

Des nouvelles dramatiques nous parviennent de la République Démocratique du Congo !

Sœur Agnieszka compare ce qui se passe dans la banlieue de Goma aux scènes du film intitulé Catastrophe. Samedi, le volcan Nyiragongo est entré en éruption à 10 kilomètres du centre de la capitale de plus d’un demi-million d’habitants de la province du Nord-Kivu. Il s’agit de la plus grande éruption en 19 ans. Le nombre de morts est passé à 32. Plus d’un demi-millier d’enfants sont toujours portés disparus après s’être séparés de leurs parents lors de l’évacuation. Mais le pire est encore à venir ! Les autorités viennent de tirer à nouveau la sonnette d’alarme. Ils se préparent à une éventuelle éruption dans le centre-ville.

La terre à Goma a déjà tremblé 259 fois depuis dimanche. Le choc le plus fort a été de 5,3 sur l’échelle de Richter. Le gouverneur provincial du Nord-Kivu, le général Ndima Kongba, a prévenu la population de Goma qu’une éruption pourrait se produire à tout moment au centre de la ville ou sous le fond du lac Kivu, au bord duquel se trouve la ville. A 300 mètres de profondeur, l’eau est saturée de méthane. L’explosion peut donc détruire non seulement Goma, mais aussi la frontière de Gisenyi située du côté rwandais de la frontière. Des dizaines de milliers d’habitants cherchent une issue de secours.

– Les gens s’enfuient en panique. Ils essaient de sortir de Goma, en partie coupé du monde. Certains habitants marchent vers nous vers le nord, perçant la lave refroidissante qui a inondé la route de sortie principale samedi. La traversée est toujours dangereuse. Du gaz s’échappe sous les roches noires encore chaudes. 10 personnes sont décédées des suites d’un empoisonnement aux fumées. Nous faisons des allers-retours, évacuant les gens. Maintenant, je fais un deuxième aller-retour. J’ai 30 enfants et des mères sur la liste qui m’attendent là-bas – dit sœur Agnieszka lors d’une conversation téléphonique. En arrière-plan, vous pouvez entendre le crépitement de la Toyota se précipitant et rebondissant sur la surface de la route déchirée.

La situation est dramatique et il est difficile de prévoir ce que les prochaines heures apporteront. Les patients des hôpitaux de Goma ont également été évacués. – Alors que je m’approchais de l’endroit où le magma a inondé la route samedi, un homme m’a arrêté. Il était dans l’un des hôpitaux de la ville juste après l’opération. Les médecins ont dit aux patients qu’ils devaient s’enfuir. Du sang suintait de sous le pansement sur la blessure fraîche. Bien sûr, j’ai emmené l’homme à la voiture, même si nous étions plusieurs dizaines dans le véhicule tout-terrain avec plusieurs personnes.

Coupé du monde, mais surtout de l’approvisionnement en médicaments et pansements, l’hôpital de Ntamugenda soutenu par la Bonne Fabrique attend une vague de patients de Goma dans les prochains jours. – Grâce à la Bonne Fabrique, nous avons des fournitures et jusqu’à présent nous ne manquons de rien, mais dans quelques jours nous aurons besoin de tout – dit sœur Agnieszka.

Si vous le pouvez, rejoignez-nous ! Visitez Bienfaisance24, notre boutique en ligne, et donnez-nous au moins une pochette de perfusion, mais faites-le maintenant.

Vous pouvez nous aider en montrant aux autres ce qui se passe au Congo et en les sensibilisant ; à quel point nos protégés ont besoin de nous aujourd’hui.

Merci !