Aidez-nous à

reconstruire notre garderie après un incendie

Notre garderie dans le plus grand camp de réfugiés du monde au Bangladesh a entièrement brûlé. Nous devons agir vite ! Il nous coûtera 40 000 USD (155 000 PLN) pour reconstruire et équiper les lieux. Cela peut sembler beaucoup, mais vous ne pouvez pas mettre un prix sur le bonheur de plusieurs dizaines d’enfants qui viennent ici chaque jour.

en savoir plus

Nous avons déjà:
168 418 PLN
Nous avons besoin de :
180 000 PLN

Nous produisons du BON ensemble !

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • environ 15,6 millions – 18% de Congolais souffrent de la faim
  • 3,4 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë
  • 41,8% des millions d’enfants de moins de 5 ans sont rabougris
  • 63,2% des enfants de moins de 5 ans ainsi que 41% des femmes entre 15 et 49 ans ont une forme d’anémie
Notre centre d’aide alimentaire prend en charge au moins

100

enfants par semaine
En 2020, nous avous sauvé de la maladie de famine

647

mineurs affamés

15.02.2021

La façon dont vous avez réagi aux besoins de notre peuple, victime de la faim et de la pauvreté dans l’est de la République démocratique du Congo est incroyable !!! Nous avons collecté plus de 115 000 PLN et le montant continue d’augmenter ! Merci !

Chaque zloty que vous donnez, chaque aide que quelqu’un de nouveau apporte à La Bonne Fabrique et à Ntamugenda, se traduit très spécifiquement par des vies sauvées. Bien sûr, nous vous tiendrons informés du fonctionnement de votre argent et de l’état dans lequel se trouve Héritier – le héros du premier post de notre action.

Il suffit vraiment d’être à Ntamugenda un instant, pour que vous ne puissiez-vous empêcher de constater que dans l’hôpital et le centre d’alimentation des Sœurs des Anges, les habitants des villages environnants reçoivent autant de bien qu’ils n’en ont nulle part ailleurs ; peut-être même tout au long de leur vie. Il faut savoir que le Nord Kivu n’est pas gentil avec ses habitants ou avec quiconque qui tenterait de s’y aventurer. Les guerres et les rébellions sans fin coupent les ailes des gens, emportent les rêves et ruinent absolument tout.

Mais il y a aussi quelque chose d’extraordinaire dans cet endroit. Au milieu de cette terre pleine d’angoisse et de pauvreté, quelque part, parmi des gens submergés par le désir de conquérir et de détruire ici à Ntamugenda, beaucoup de gens extraordinaires et bons, se sont rencontrés heureusement et veulent construire un meilleur morceau de monde ! Vous êtes l’un d’entre eux !!!

Grâce à vous, c’est l’un des derniers hôpitaux de toute la province, où il n’y a jamais eu de pénurie de médicaments, de perfusions et de sang, malgré les situations dramatiques. Au centre d’alimentation, quiconque demande de l’aide reçoit de l’aide, ce qui signifie que de plus en plus de réfugiés du nord du pays qui sont épuisés viennent chez nous. Des familles de villages à des dizaines de kilomètres recherchent de l’aide ici. Malgré la pandémie, nous faisons tout pour que Ntamugenga les aide à se rétablir.

La photo montre les élèves de notre centre d’alimentation. Après les premiers jours de prise de lait thérapeutique, il est temps de faire un test d’appétit. Il consiste à vérifier si un petit patient est capable de manger un sachet entier de bouillie à base d’arachides, d’huile et de sucre en une journée. S’il n’est pas pointilleux et mange un en-cas riche en calories avec goût, on le dirige vers la deuxième phase du traitement, qui dure beaucoup plus longtemps et consiste à fournir des repas équilibrés. Pendant ce temps, son parent est formé à l’agriculture et à la transformation des aliments dans le jardin de l’hôpital. Lorsque les enfants terminent avec succès la thérapie, ils rentrent chez eux, mais nous gardons les yeux sur eux. Lors de visites inopinées, nous contrôlons leur état et veillons à ce que des jardins potagers soient créés à côté de leurs maisons, et qu’ils mangent un repas approprié pour le dîner.

Grâce à vous, c’est ainsi que fonctionne notre BONNE production !

Vous avez fait du très bon travail ces derniers jours ! Si vous souhaitez rester plus longtemps avec nous et nourrir constamment les enfants touchés par la faim, rejoignez le projet Investissement Vital . Les 10 ou 20 zlotys avec lesquels vous soutiendrez chaque mois nos centres d’alimentation au Congo et en Mauritanie seront un véritable secours pour des dizaines d’enfants encore plus souffrants. C’est le seul investissement dont le profit est entièreté de la vie en retour !