Nous lançons la Bonne Fabrique au Liban

Il y a une pénurie de médicaments essentiels au Liban

Le salaire moyen libanais est à peine suffisant pour acheter 13 sachets de paracétamol. Les pharmacies sont vides. Apportons notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin !

en savoir plus

Nous avons déjà:
15 085 PLN
Nous avons besoin de :
45 000 PLN

Nos protégés ont grand besoin de nous !

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

25 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

8 000

patients atteints de paludisme
En 2020 nos sage-femmes ont assisté à environ

1029

accouchements

31.05.2021

Sur la première photo, la voiture de sœur Agnieszka lors d’un des nombreux déplacements, déjà ces derniers jours, dans la banlieue de Goma jusqu’à l’endroit où la langue de lave a coupé la capitale de la province du Nord-Kivu de l’artère menant au nord. C’est aussi une voie d’accès à notre hôpital. Sœur Agnieszka en ramène des mères célibataires avec des enfants qui, faute de moyens, fuient Goma à pied. Aujourd’hui, avec un médecin, une infirmière et un chauffeur, elle s’est rendue en Ouganda pour ouvrir la voie au nouveau canal d’approvisionnement de l’hôpital. Elle a apporté une réserve de pochettes de perfusion que vous avez données. Ce sont eux et les médicaments contre le paludisme qui sont aujourd’hui les plus nécessaires. Merci beaucoup pour votre soutien jusqu’à présent !!! Veuillez continuer à soutenir notre hôpital et à partager des informations du Congo. Tous sur le pont !

Les scientifiques ont des visions sombres, qui fondent des scénarios possibles pour les prochains jours sur des données précises, et non sur des informations aspirées au doigt. Le danger se cache maintenant sous le fond du lac Kivu, juste à côté de Goma. Après l’éruption du volcan Nyiragongo la semaine dernière, les experts disent que le magma souterrain s’écoule maintenant directement dans le lac. Les analystes craignent qu’une fuite sous l’eau ne libère un nuage de gaz mortel et suffocant. Il s’agit de la soi-disant éruption limnique, qui constitue une menace rare mais potentiellement catastrophique pour ceux qui vivent autour du lac. Le CO2 dissous sort du fond, étouffant tous les êtres vivants. Il peut également créer une vague semblable à un tsunami dans un plan d’eau, car la quantité croissante de gaz déplace l’eau. Il y a quelques jours, la partie de la route longeant la côte s’est déplacée dans le lac. Plusieurs hectares ont été directement absorbés par l’eau. C’est un des signes que le volcan est éveillé et que le danger est toujours grand.

Plus de 400 000 habitants de Goma ont quitté leur domicile. Les rues de la ville sont vides. Laissez-nous vous rappeler. Goma est la principale ville de la province où se trouve notre hôpital, et le point d’approvisionnement le plus proche ainsi que des diagnostics étendus pour les patients les plus gravement malades. Les réfugiés de Goma se sont dispersés dans toute la province. Beaucoup de gens se sont installés dans les environs de Ntamugenga . Sœur Agnieszka admet tous les plus gravement malades à l’hôpital.

Pour aggraver les choses, en dehors du volcan, les terroristes montrent également une activité accrue. Deux attaques ont été menées à Beni, à plusieurs centaines de kilomètres au nord de Ntamugenga, faisant 50 morts. Des djihadistes partiellement liés au soi-disant État islamique ont attaqué deux villages. Les victimes sont pour la plupart des civils. Cela signifie que les environs de notre hôpital devraient bientôt s’attendre à un afflux non seulement de réfugiés de Goma, mais aussi de réfugiés du nord.

Nos protégés ont tant besoin de nous ! Vous pouvez aider! Visitez Bienfaisance24, notre boutique en ligne, et donnez-nous au moins une pochette de perfusion, mais faites-le maintenant.

Vous pouvez nous aider en montrant aux autres ce qui se passe au Congo et en les sensibilisant ; à quel point nos protégés ont besoin de nous aujourd’hui.