Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
43 143 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Merci d'être avec nous !

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • environ 15,6 millions – 18% de Congolais souffrent de la faim
  • 3,4 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë
  • 41,8% des millions d’enfants de moins de 5 ans sont rabougris
  • 63,2% des enfants de moins de 5 ans ainsi que 41% des femmes entre 15 et 49 ans ont une forme d’anémie
Notre centre d’aide alimentaire prend en charge au moins

100

enfants par semaine
En 2020, nous avous sauvé de la maladie de famine

647

mineurs affamés

08.06.2021

Bien que le volcan Nyiragongo soit toujours en activité, les habitants de Goma n’ont eu pas d’autres choix que de retourner chez eux.

Le volcan Nyiragongo entre en éruption en moyenne tous les 20 ans. Après la dernière éruption en mai de cette année, une discussion a commencé sur l’emplacement de la ville de 600 000 à proximité d’une si grande menace. Au cours des 40 dernières années, des éruptions assez régulières ont coûté la vie à plusieurs milliers d’habitants de la ville. Malgré cela, personne n’a encore pensé à réinstaller la population dans d’autres endroits plus sûrs. Pourquoi ? La réponse est assez simple.

Premièrement, les régions de l’Est du Congo ont toujours souffert d’un déficit de « places sûres ». Les habitants dispersés de Goma seraient exposés à d’autres dangers, attentats terroristes et attaques de bandits. Deuxièmement, l’emplacement de Goma est marqué par la principale route commerciale de la région et sa proximité avec la frontière rwandaise. Troisièmement et surtout, à proximité immédiate de la ville, outre le volcan mortel, il y a aussi le lac Kivu qui donne la vie. C’est l’eau avec laquelle les évadés ont eu le plus de problèmes ces derniers jours. La migration de centaines de milliers de personnes vers des villages situés au fin fond de la jungle équatoriale, faute d’accès aux sources, a rapidement conduit les habitants de la région au bord d’une catastrophe humanitaire.

Les habitants de Goma rentrent chez eux. Beaucoup d’entre eux ne les trouveront plus. Certains ont été recouverts d’une coquille dure de lave solidifiée, d’autres ont été pillés, car les criminels s’attaquent à toutes les catastrophes et tous les malheurs humains.

Notre présence dans ce domaine est maintenant plus nécessaire que jamais. Sœur Agnieszka est de nouveau en route aujourd’hui. Pour la deuxième fois la semaine dernière, elle a réussi à entrer en Ouganda. Elle a apporté à l’hôpital une autre réserve de perfusions et de médicaments d’une valeur de 2 200 $. Vous les avez tous payés ! La décision de partir a été prise rapidement, car en raison de l’augmentation des cas de COVID-19 en Ouganda, ce poste frontière sera fermé à partir de demain. Les Congolais seront à nouveau coupés du monde et livrés à eux-mêmes.

Parmi ces événements imprévisibles et ces décisions dramatiques, il y a des rencontres qui rechargent nos batteries et nous permettent de survivre à des moments difficiles. Aujourd’hui nous avons reçu la visite d’Héritier, qui nous est miraculeusement sorti de la phase aiguë de la faim et des complications liées à la tuberculose. Te souviens-tu de lui ?!

Merci d’être avec nous ! Que le sourire d’Héritier soit la meilleure expression de tout le sens que vous faites avec nous pour le peuple de l’Est du Congo.