La mission de Ntamugenga a dû évacuer

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

21 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

7 000

patients atteints de paludisme
En 2021 nos sage-femmes ont assisté à environ

1032

accouchements

07.07.2022

« C’est une décision très difficile. Quand tu sais que tout le village te regarde avec attention et dans ta décision de partir, ils font des prédictions sur ce qui va se passer ensuite. C’est comme si les missionnaires en savaient plus, qu’ils savaient les plans et la stratégie de la rébellion qui progresse chaque jour », explique sœur Ania.

La mission de Ntamugenga a dû évacuer. Sœur Ania Nowakowska a d’abord atteint Rutshuru et de là s’est rendue à la frontière rwandaise. Elle est maintenant en sécurité. Elle a rencontré les sœurs de Nyakinama. Aucun de nous ne pensait que cela finirait par arriver, que cela deviendrait si dangereux que nous devrions quitter notre maison et notre hôpital. Malheureusement, la situation s’est soudainement compliquée. Sœur Ania est partie au dernier moment possible.

Et l’hôpital ? Le Dr John et une partie du personnel restent sur place. Ils ne quittent pas les chevets. L’hôpital soigne toujours et est prêt à recevoir ceux qui en ont le plus besoin. Une cargaison de fournitures arrivera au premier moment possible. Il est prêt et attend un moment de calme au milieu des combats.

Ce n’est pas que nous quittons l’hôpital, car l’hôpital ce ne sont pas les murs, qui peuvent être reconstruits, mais ce sont les gens, les missionnaires, le personnel qui le composent. Nous sommes en contact tout le temps avec ceux qui ont décidé de rester. Sœur Agnieszka et sœur Ania font ce qu’elles peuvent pour assurer la sécurité de tous. Nous attendons des développements.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->