Nous lançons la Bonne Fabrique au Liban

Il y a une pénurie de médicaments essentiels au Liban

Le salaire moyen libanais est à peine suffisant pour acheter 13 sachets de paracétamol. Les pharmacies sont vides. Apportons notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin !

en savoir plus

Nous avons déjà:
19 075 PLN
Nous avons besoin de :
45 000 PLN

Aide urgente pour les Rohingyas à Cox's Bazar !

Bangladesh

Le Bangladesh est l’un des pays les plus peuplés et les plus pauvres du monde. La densité de population y dépasse un millier d’individus sur un kilomètre carré. La population totale du pays est d’environ 150 millions d’habitants. Depuis mi-2017, dans la Birmanie voisine des milliers de Rohingyas ont été massacrés et leurs maisons brûlées. Les survivants ont quitté leurs villages en direction du Bangladesh. En quelques mois, plus de 750 000 réfugiés se sont installés sur la frontière entre les deux pays.

Infos clés:
  • dès le départ, l’ONU qualifie les persécutions des Rohingyas d’épurations ethniques ;
  • les Rohingyas sont aujourd’hui l’ethnie la plus persécutée du monde
  • près de la ville de Cox’s Bazar se trouve le camp pour réfugiés le plus peuplé du monde avec environ 920 000 habitants 
  • 55% des résidents du camp sont des enfants
dans notre foyer, nous prenons en charge

60

enfants âgés de 3 à 6 ans
nous animons des cours d’anglais, de couture et d’informatique à l’attention de

108

adolescents
chaque mois, nous animons des ateliers de parentage positif à l’attention d’environ

150

adultes

28.07.2021

Il semblait que la limite des malheurs qui s’abattaient sur les habitants du camp de Cox’s Bazar était depuis longtemps épuisée. Malheureusement, la série de tragédies continue. En mars, un gigantesque incendie a éclaté dans le camp, et maintenant une inondation déclenchée par des moussons de plus en plus destructrices a laissé des parties du camp sous l’eau.

Mutilés, terrifiés, dépouillés de leur dignité et privés de tous droits, il y a exactement quatre ans, les Rohingyas fuyaient des atrocités inimaginables, des machettes et des fusils aux mains de maniaques. Le coup scandaleux des généraux birmans sous le slogan « opération antiterroriste » n’était rien de moins qu’un nettoyage ethnique des Rohingyas musulmans. Selon un rapport de Médecins Sans Frontières, au moins 7 600 personnes, dont 730 enfants, ont été tuées en quelques jours en août 2017. Les images satellite analysées par Human Right Watch montrent que 288 villages ont été complètement détruits dans l’État du Nord Rakhine. À ce jour, la zone autrefois habitée par les Rohingyas est interdite aux observateurs internationaux.

Ceux qui ont survécu ont fui vers le Bangladesh voisin. Ils vivent dans le plus grand camp de réfugiés du monde, avec plus d’un million d’habitants. Ils n’ont aucun droit fondamental, aucune citoyenneté, aucune possibilité d’éducation, de travail ou d’argent. Ils vivent depuis des années dans des conditions indignes, ne comptant que sur l’aide des organisations internationales, et vivent tragédie sur tragédie. En mars, le camp 9, qui abritait près de 60 000 réfugiés, a pratiquement cessé d’exister. Plus de 9 000 maisons incendiées, laissant plus de 45 000 personnes sans abri. Quinze personnes sont mortes et 563 ont été blessées dans l’incendie. Plus de quatre cents personnes n’ont pas été retrouvées, dont le fils de Nur Bano, âgé de sept ans, dont nous nous occupons.

Ces gens ont déjà trop vécu et trop souffert. Au cours des dernières semaines, ils ont été frappés par une autre catastrophe. Des centaines de huttes ont été submergées par de fortes pluies de mousson. Les inondations et glissements de terrain sur les coteaux où se trouve le camp ont fait 8 morts, dont 4 enfants. Nos collègues sur place rapportent que dans certaines zones, il y a tellement d’eau que les résidents, craignant pour la vie de leurs plus jeunes enfants, les placent dans des pots et des bols et essaient de les amener dans des endroits plus sûrs en les portant sur la tête à travers les lieux où l’eau atteint leur cou.

Le site où se préparaient la reconstruction de notre garderie pour enfants est également sous l’eau. Nous avons arrêté le travail et apportons une assistance aux familles les plus vulnérables.

Nous avons désespérément besoin de votre solidarité aujourd’hui. Ces gens en ont besoin. Les prochains jours devraient apporter de nouvelles pluies abondantes. L’eau monte encore. Joignez-vous à la collecte de fonds et aidez les personnes qui ont encore une fois tout perdu dans leur vie. Notre objectif est de 20 000 PLN, mais tout soutien supplémentaire nous permettra d’atteindre encore plus de personnes avec des vivres et des biens essentiels. Lorsque l’eau se retirera, les résidents du camp auront également besoin de notre aide pour reconstruire leurs abris endommagés.