C'est encore l'enfer au Congo

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

21 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

7 000

patients atteints de paludisme
En 2021 nos sage-femmes ont assisté à environ

1032

accouchements

24.10.2022

L’enfer a de nouveau éclaté au Congo. Des explosions et des coups de feu ont pu être entendus toute la journée d’hier. Des balles ont glissé sur le toit de la mission des Sœurs des Anges. Trois bombes ont explosé dans une cour pleine de civils pour qui la maison des missionnaires était l’abri le plus sûr auquel ils pouvaient penser. Maintenant, cependant, nulle part n’est plus sûr. La rébellion est entrée dans le village. Il y a eu des morts et des blessés.

Au Congo, il n’y a pas d’abris, nulle part où fuir. Depuis quelques mois, la ligne de front se situe entre les collines, juste au-dessus de notre village. Hier, les rebelles se sont déplacés vers des terrains plus bas. Les combats se concentrent au centre même du village.

L’hôpital et la mission des sœurs ne sont qu’à quelques centaines de mètres l’un de l’autre. Cependant, les personnes blessées lors du bombardement nocturne ne peuvent pas être transférées aux urgences. On ne sait pas comment les envahisseurs réagiront, ni où ils ont creusé leurs nouvelles positions. Les plaies saignent, mais il faut attendre et s’abriter sous les lits et les matelas.

Il n’est pas encore temps d’évaluer les pertes. Nous savons que l’hôpital fonctionne. C’est aider les blessés qui peuvent l’atteindre. Nous avons perdu le contact avec deux infirmières. Nous ne savons pas dans quel but ni où elles ont été enlevées par les envahisseurs.

Pouvez-vous nous aider ? Oui !!! Pensez au Congo aujourd’hui. Quiconque peut, s’il vous plaît priez pour que cet enfer se termine le plus tôt possible. Il est également temps de reconstituer le fonds de sang pour les transfusions, dont nous serons bientôt à court. Ce dont les missionnaires et toute l’équipe de l’hôpital ont le plus besoin maintenant, c’est de savoir que nous sommes là, que nous ne les avons pas oubliés !

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->