La situation est critique

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

21 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

7 000

patients atteints de paludisme
En 2021 nos sage-femmes ont assisté à environ

1032

accouchements

26.10.2022

Les combats se poursuivent autour de Ntamugenga. Sœur Agnieszka Gugala et plus de 5 000 civils sont pris au piège. Il y a eu des victimes. Une évacuation urgente et des soins médicaux immédiats aux blessés sont nécessaires.

Dimanche matin, le Nord-Kivu a de nouveau été en proie à de violents affrontements entre les forces gouvernementales congolaises et les rebelles du M23. Ntamugenga est au milieu des combats. Trois obus ont explosé sur le terrain de la mission des Sœurs des Anges, blessant des femmes et des enfants qui s’y cachaient. Selon certaines informations, le village, où nous finançons depuis huit ans les travaux de l’hôpital et du centre de nutrition dirigés par les Sœurs des Anges, se trouve déjà en territoire contrôlé par les rebelles.

« C’était calme le soir et la nuit, mais maintenant les échanges de tirs reprennent. » C’est la dernière information de Sœur Agnieszka, qui nous a été donnée mercredi avant midi. « Il n’y a plus de médecins à l’hôpital. Les patients dans l’état le plus grave, dont les deux filles qui ont été touchées, ont été évacués avec succès. Pour l’instant, cependant, il n’y a aucun espoir que les négociateurs de la Croix-Rouge atteignent notre village » explique le directeur de l’hôpital. Au lieu des couloirs humanitaires nécessaires à l’évacuation des civils, on assiste à nouveau à un échange de tirs sur la route devant la mission.

« L’aide à l’hôpital se limite uniquement à donner des médicaments contre le paludisme aux personnes présentant des symptômes. Il y a environ 5 000 personnes qui campent autour de l’hôpital. Il y en a 500 dans notre mission, surveillées par seulement deux infirmières et une sage-femme. Les femmes enceintes nécessitant une césarienne peuvent mettre leur vie et celle de leurs bébés en danger constant.

« La situation est critique. Il est difficile d’estimer le nombre de morts car de nombreuses maisons bombardées sont inaccessibles. La route est bloquée et nous sommes coupées du monde », déclare Sœur Agnieszka.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->