Les résidents du camp ont besoin d’aide

Nous nourrissons les réfugiés à Lesbos !

Les résidents du Camp Moria 2.0 sont confrontés quotidiennement à d'énormes problèmes, mais ceux-ci ne peuvent être résolus s'ils ne soulagent pas d'abord leur faim. Chaque repas que vous achetez augmentera notre capacité. Notre rêve est de pouvoir livrer des repas à tout le monde chaque jour.

en savoir plus

Nous avons déjà:
37 462 PLN
Nous avons besoin de :
38 000 PLN

La première livraison du lait thérapeutique est arrivée en DRC !

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • environ 15,6 millions – 18% de Congolais souffrent de la faim
  • 3,4 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë
  • 41,8% des millions d’enfants de moins de 5 ans sont rabougris
  • 63,2% des enfants de moins de 5 ans ainsi que 41% des femmes entre 15 et 49 ans ont une forme d’anémie
Notre centre d’aide alimentaire prend en charge au moins

100

enfants par semaine
En 2020, nous avous sauvé de la maladie de famine

647

mineurs affamés

10.02.2019

Logistiquement parlant, ce fut l’un des projets les plus difficiles dans l’histoire de la Bonne Fabrique. La situation dans le Nord-Kivu, où se trouve notre hôpital, continue à s’aggraver. Des organisations caritatives quittent la région de Ntamugenga, des gens meurent assassinés (comme l’un de nos soigneurs en juillet de l’année dernière) et la plus importante épidémie d’Ebola s’approche.

En novembre 2018, les organisations caritatives locales ont suspendu leurs importations du lait thérapeutique, pourtant nécessaire pour traiter les enfants atteints de maladie de famine et de malnutrition que nous prenons en charge à Ntamugenga. Or, si personne ne fait plus venir le lait en RDC, nous ne pourrons plus nous en procurer…

Le Nord-Kivu n’est certainement pas un endroit où si on manque de quelque chose, on va tout simplement dans un magasin. Ici, il n’y a pas de magasins. Toutes les denrées dont nous avons besoins doivent être acheminées sur place, souvent depuis l’étranger. Le scénario le plus pessimiste était sur le point de se réaliser – à un moment donné, nous nous verrons dans l’obligation de renvoyer les enfants en détresse les mains vides, en les condamnant à mourir de faim…

Aussi, nous avons immédiatement commencé à chercher des solutions adaptées. Au départ, nous envisagions d’importer du lait depuis Burkina Faso où nous avons contacté un producteur. Malheureusement, il s’est avéré qu’il venait justement de lancer ses opérations et que, pour l’instant, il vendait du lait importé depuis la France. Nous avons donc contacté le producteur français et, après avoir calculé les frais de transport (qui se sont avérés plus économiques qu’en cas des importations en provenance du Burkina Faso ou du Kenya), nous avons passé la première commande. Il y a à peine deux jours, la première livraison du lait F-100 et F-75 est arrivée à Goma d’où nous l’avons immédiatement fait transporter à Ntamugenga. Ces 100 kilos de lait thérapeutique devraient satisfaire les besoins de nos petits patients pendant plusieurs semaines à venir.

En même temps, une nouvelle édition de la kermesse de bienfaisance « Ciacho za ciacho » [Gâteau pour un gâteau en VF], organisée chaque année par la Mission académique dominicaine « Beczka » de Cracovie, s’est déroulée en Pologne avec l’objectif de soutenir nos efforts « laitiers ». Les collectes d’argent,la vente de gâteaux et la distribution de billets d’entrée à des événements culturels ont permis de récolter 103 813 PLN (environ 25 000 EUR). Aussi, nous profitons de l’occasion pour remercier chaleureusement tous les donateurs et sympathisants de la mission dominicaine « Beczka » de Cracovie pour leur inestimable générosité.

Le lait thérapeutique et le transport aérien depuis l’Europe sont coûteux, mais grâce à vous et votre générosité tout s’est bien passé. Désormais, après avoir pris nos repères, nous pouvons développer et perfectionner notre système de livraisons.

Après l’arrivée de la première livraison, Ntamugenga a carrément jubilé. « Il se peut qu’il y ait ici, quelque part sous la terre, des diamants et de l’or, mais pour nous et nos patients le trésor le plus précieux c’est cette livraison de lait thérapeutique » – se réjouit la sœur Agnieszka. « Ces dernières semaines, nous enregistrons une augmentation inquiétante du nombre des cas de malnutrition aiguë. Il s’agit principalement d’enfants de réfugiés qui arrivent de la partie nord du pays, sévèrement touchée par la rébellion. Sans la nouvelle provision de lait thérapeutique, nous n’aurions pas pu sauver ces petits qui, en cas de malnutrition sévère, sont nourris au lait F-75 ou F-100, suivant leurs besoins. Il est très important qu’ils ne reçoivent pas d’autres aliments au cours de la thérapie. Toutes les trois heures, y compris pendant la nuit, chaque enfant reçoit sa dose soigneusement calculée. Ce stade de la maladie est particulièrement dangereux pour la vie tandis que le lait thérapeutique fait office d’un remède irremplaçable. Nous ne pouvons tout simplement pas en manquer sous aucun prétexte » – poursuit-elle.

Voici l’un des rescapés sauvés grâce à vous et votre générosité. Jacob est originaire de la localité de Nyanzale dans le Nord-Kivu, une région tristement célèbre pour des luttes interminables entre différentes fractions de rebelles. Au cours des vingt dernières années, Jacob avait dû fuir son village à de nombreuses occasions pour sauver sa peau, mais il finissait toujours par retourner chez soi. Mais, maintenant qu’il vient de perdre sa femme, kidnappée, puis assassinée par des malfaiteurs, Jacob eut une prise de conscience et a fait le choix d’émigrer vers le sud avec son fils de 2 ans.

Le problème réside dans le fait que Jacob ne savait pas prendre soin de son gosse. Non seulement il ne savait pas comment nourrir un petit enfant, mais parfois il était même incapable de se procurer de la nourriture quelconque. Par conséquent, le petit Pierrot est vite tombé dans la malnutrition. Les médecins locaux que son père a consultés le renvoyaient les mains vides. Lorsque l’état de Pierrot était déjà très grave, Jacob a par hasard entendu parler de notre hôpital à Ntamugenga et s’est immédiatement mis en route…

Chaque jour, notre centre d’aide alimentaire de Ntamugenga accueille plusieurs dizaines d’enfants affamés. Grâce à vous et votre générosité, nous avons l’opportunité de sauver de la mort de faim tous ces gosses malheureux ! Aussi, nous remercions du fond de nos cœurs tous ceux qui, au moment de faire leurs achats dans notre boutique en ligne dobroczynne24.pl, n’oublient pas de l’importance capitale du lait thérapeutique pour nos activités. Vous faitez un BON boulot !

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->