Famine en Mauritanie. Nous venons au secours des enfants !

Ne laissez pas un autre enfant mourir de faim

Au centre de nutrition de Kaédi, pour la première fois depuis longtemps, un bébé de plusieurs mois n'a pu être sauvé. La petite Mariam nous a été confiée trop tard. Le nombre d'enfants affamés ne cesse d'augmenter ! Nourrissez un enfant affamé avec nous !

en savoir plus

Nous avons déjà:
10 365 PLN
Nous avons besoin de :
10 000 PLN

Donner un semblant de stabilité et de sécurité à ceux qui ont tout perdu

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 2200 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque jour, nous servons plus de

850

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

17.11.2021

« Aujourd’hui, nous avons encore servi une dizaine de repas, trop peu, se plaignait Fahim en juillet, et pourtant nous nous apprêtons à nourrir non pas 200 mais près de 800 personnes dans le besoin !

Des tentes qui ne cessent de changer de lieu, des familles qui ne cessent de déménager, et celles qui sont déchirées par le refus d’asile, il n’y a rien de stable dans le camp de réfugiés de Lesbos. C’est pourquoi il est si important pour nous qu’au moins un repas chaud et sain par jour soit quelque chose sur lequel ceux qui en ont besoin peuvent toujours compter. Mais comment faire face au chaos du camp, qui résonne en trois langues différentes et les informations se perdent dans le dédale du changement ?

Vous avez relevé le défi avec nous et ensemble, nous avons créé une application qui permettra aux bénévoles d’apporter une aide de manière précise. Nous savons maintenant exactement qui et où nous devons visiter. Il n’y a aucun risque de se tromper !

Nous avons déjà l’outil, mais au vu de la hausse du taux de change de l’euro, nous craignons qu’il n’y ait tout simplement pas assez de repas – les plus essentiels, pour les femmes enceintes, les seniors malades et les jeunes enfants, pour qui la restauration de camp n’est pas assez, voire les rend malades. Chaque jour, les bénévoles de Home for All regardent dans les yeux des mères qui donneraient n’importe quoi pour que leurs enfants mangent des légumes frais. Ils donneraient n’importe quoi pour ne plus avoir à demander des analgésiques pour les enfants à qui le régime du camp nuit tout simplement.

Les bénévoles rendent également visite aux diabétiques et aux personnes âgées souffrant d’hypertension qui, privées d’accès aux médicaments, peuvent considérer l’alimentation comme leur seul espoir de survie.

« Je me promène dans le camp et je me demande si j’aurais survécu ne serait-ce qu’un mois ici. Je pense à l’alimentation, aux conditions sanitaires, à l’accès aux soins. Et j’ai des doutes – et pourtant cela aurait pu arriver à moi et à ma famille si j’étais né dans un endroit différent », explique Kasia, notre analyste, qui travaille sur l’application dans le camp.

La nourriture que nous distribuons via Home for All n’est pas seulement un repas. C’est un petit avant-goût de stabilité et de sécurité pour ceux qui ont tout perdu dans la vie. C’est chaleureux quand une famille peut s’asseoir pour un repas ensemble. C’est un jour de plus pour ceux qui ont été condamnés les plus sévèrement par le manque d’accès aux médicaments.

Veuillez donner un repas. Le Black Friday approche à grands pas et nous succomberons tous à la frénésie du shopping à prix réduit. Si vous pouvez vous le permettre – pensez aussi à ceux qui n’attendent plus rien – pas de gadget, d’équipement électronique ou de jouet. Tout ce qu’ils veulent, c’est que leurs familles survivent aux dures conditions du camp. Conditions dans lesquelles un repas par jour n’est en aucun cas garanti. Donnez-leur le déjeuner et assurez-vous que personne dans le besoin n’aura faim demain !

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->