Famine en Mauritanie. Nous venons au secours des enfants !

Ne laissez pas un autre enfant mourir de faim

Au centre de nutrition de Kaédi, pour la première fois depuis longtemps, un bébé de plusieurs mois n'a pu être sauvé. La petite Mariam nous a été confiée trop tard. Le nombre d'enfants affamés ne cesse d'augmenter ! Nourrissez un enfant affamé avec nous !

en savoir plus

Nous avons déjà:
10 365 PLN
Nous avons besoin de :
10 000 PLN

Aidons Katerina et Nikos dans leur belle mission

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 2200 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque jour, nous servons plus de

850

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

05.11.2021

Faizah, pour la première fois ce soir, regarde dans les yeux de Paula – une bénévole de Home for All – et ouvre son manteau. Voyant ce qu’elle a apporté avec elle, Paula se précipite pour aider.

***

C’est une fraîche soirée d’automne 2015. Un ponton atteint le rivage de l’île grecque de Lesbos. Il fait noir sur la plage. La seule chose qui brille au clair de lune, ce sont les mains des nouveaux venus, enveloppées de bijoux en or. Ce sont tout leurs biens. Ils ont quitté leur maison, leur travail, tout ce qu’ils avaient accompli jusqu’à présent, échappant aux bombes qui tombaient sur leurs villes. Nikos se souvient comme si c’était hier, des regards terrifiés des gens trempés. Peu de temps après cet événement, avec Katerina, avec qui il dirigeait une petite taverne grecque, ils ont décidé de changer complètement de vie et de nourrir les affamés qui débarquaient chaque jour les plages de l’île.

En cette soirée mémorable, Faizah, une Syrienne de 20 ans, descend également du ponton surpeuplé. Elle ne lève pas les yeux. Elle ne veut dire bonjour à personne. Elle serre son manteau détrempé. Elle ne sait pas si elle peut faire confiance à quelqu’un, car elle n’a pas pu faire confiance à personne ces derniers mois. Faizah ne comprend pas pourquoi les contrebandiers en haute mer ont pris le moteur du bateau. Sous un manteau turquoise, elle cachait tout ce qui avait de la valeur pour elle. Le vent est devenu plus fort et les vagues ont fait entrer de l’eau dans le bateau, où les réfugiés ont passé un total de 17 heures sans nourriture ni eau potable.

« Ce n’est pas s’échapper vers un avenir meilleur, c’est comme sauter par la fenêtre par peur du feu », explique Nikos.

Une heure plus tard, tous les passagers de la traversée malchanceuse se rendent aux restaurants de Katerina et Nikos. Ils ont besoin de se réchauffer et de manger quelque chose de chaud. Nikos et Katerina sont prêts – depuis le début de la crise, ils préparent à manger et accueillent les nouveaux arrivants tous les jours. Pendant ce temps, les volontaires essaient d’établir un contact avec les réfugiés et d’apprendre leurs histoires.

Faizah ne veut pas parler. Pendant l’heure qui suivit, elle fixa ses propres pieds, refusant d’enlever son manteau froid et complètement trempé. Elle a l’air d’avoir vu des choses les plus terribles de la vie. Paula ne la quitte pas un instant, assurant à la fille qu’elle est déjà en sécurité.

Soudainement, il s’avère que le manteau recouvre un bébé de six semaines. Sa peau est si bleue qu’au début tout le monde pense qu’il est trop tard pour la sauver. Ils se précipitent pour aider et commencent à frotter doucement la peau du bébé jusqu’à ce qu’elle prenne une couleur plus saine. Dans un instant, quelqu’un court au magasin pour du lait et quelqu’un d’autre appelle un médecin.

L’enfant a survécu grâce à la présence de Katerina, Nikos et de leurs bénévoles. S’ils n’avaient pas été sur la plage ce soir-là, il n’y aurait rien à faire.

***

Katerina et Nikos ont tellement d’histoires à raconter. Ils n’aiment pas se vanter du nombre de personnes qui leur doivent la vie. Ils ne donnent pas beaucoup d’interviews. Ils disent toujours qu’il faut agir, pas parler. Les souvenirs y vivent. Ils se souviennent de chaque paire de mains qui leur a pris leur nourriture et de chaque personne qui, surmontant la peur qu’il n’y avait plus d’amis dans ce monde, leur a finalement fait confiance.

Katerina et Nikos créent un foyer pour ceux qui ont dû quitter leur foyer. Leur aide n’a pas de limites, si ce n’est financièrement – la gestion de Home for All. Aidez-les dans cette belle mission.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->