Les résidents du camp ont besoin d’aide

Nous nourrissons les réfugiés à Lesbos !

Les résidents du Camp Moria 2.0 sont confrontés quotidiennement à d'énormes problèmes, mais ceux-ci ne peuvent être résolus s'ils ne soulagent pas d'abord leur faim. Chaque repas que vous achetez augmentera notre capacité. Notre rêve est de pouvoir livrer des repas à tout le monde chaque jour.

en savoir plus

Nous avons déjà:
37 462 PLN
Nous avons besoin de :
38 000 PLN

Développons ensemble la Bonne Fabrique à Jounieh

Liban

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été exacerbée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les citoyens éduqués fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage, les coupures d’électricité et les pénuries de carburant.

Infos clés:
  • Depuis le début de la crise, la livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 400 % entre janvier et décembre 2020.
  • Le PIB a baissé de 20,3% (2020)
  • 78% de la population libanaise (3 millions de personnes) vit dans la pauvreté. L’extrême pauvreté a touché 36% de Libanais (1,38 million)
  • il y a une pénurie nationale de médicaments essentiels
  • les coupures prolongées d’électricité et la pénurie de carburant (jusqu’à 20 heures par jour) paralysent la vie quotidienne des Libanais
Nous fournissons des

médicaments

aux personnes les plus vulnérables

12.09.2021

Zoia a 58 ans, elle souffre de problèmes cardiaques, d’ostéoporose et d’un ensemble de complications. Elle a récemment subi une troisième opération. « Sans les médicaments du Dr Elias, je serais morte », dit-elle en pleurant alors que nous entrons dans son petit appartement. A la vue du Dr Zoia, elle est aussitôt émue, se jette à son cou et continue de le remercier. Le Dr Elias, bien qu’il ait dû s’habituer à une telle réaction de ses patients depuis longtemps, est clairement perplexe. La mère de Zoia qui, a 80 ans, est assise à côté d’elle, et elle aussi malade. Elle continue de serrer le docteur dans ses bras. Elle reçoit également de lui un ensemble de médicaments nécessaires. Le mari de Zoia, en revanche, a de mauvais poumons. À côté du lit se trouve un concentrateur d’oxygène également offert par Adventure of Charity, une initiative fondée par le médecin il y a des années.

– Mon mari, ma mère et moi sont maintenant soutenus par ma fille et mon fils. Leurs deux salaires ensemble sont de 135 USD (513 PLN) – dit Zoia. – Il n’existe pas de système de retraite au Liban. Personne ne reçoit d’argent lorsqu’il n’est plus en mesure de travailler. La famille s’occupe des personnes âgées, mais comment subvenir à vos besoins et à ceux des parents malades lorsque le taux de la monnaie locale fluctue et que vos revenus équivalent soudain à seulement 50 USD (190 PLN) – explique le Dr Elias qui ouvre ses mains impuissantes.

Lors de la réunion dans l’appartement de Zoia, nous n’avons aucun doute que le dévouement du médecin à obtenir des médicaments qui manquaient soudainement dans le pays en raison de la crise est le dernier recours pour Zoia et sa famille. La seule chance est de combattre la maladie et de vivre.

Nous ramenons le médecin à son cabinet. Il nous invite dans un petit appartement. Voici son petit centre de commandement qui est aussi le lieu de rencontre pour sept volontaires. Il nous montre des dossiers de patients méticuleusement conservés et des listes de médicaments que chaque patient doit prendre. Les spécificités incluent les antibiotiques, les médicaments pour l’hypertension artérielle, le diabète, mais aussi les suppléments de base, les vitamines, les probiotiques et les analgésiques. Des médicaments préparés pour plusieurs dizaines de personnes attendent sur l’étagère du bureau. Il s’est battu pendant des heures pour chaque colis, ils sont donc traités ici comme le plus grand trésor. – Nous proposons à nos patients une assistance en toute discrétion, dans une pochette cadeau. En dehors des médicaments, nous essayons de donner à chacun ce dont il a besoin. De plus en plus, ce sont aussi des produits alimentaires, des produits d’entretien et de soins personnels. – Nous livrons des médicaments et des fournitures à tous ceux qui en ont besoin, afin de ne pas les embarrasser et d’éviter une situation dans laquelle ils doivent demander quelque chose. L’accès aux soins et aux produits d’hygiène de base est quelque chose de tout à fait basique et tout le monde devrait y avoir accès, explique le Dr Elias.

Il est difficile de comprendre la situation des Libanais sur la seule base de données, car celles-ci n’ont pas de visage. L’augmentation de 400 % des prix des denrées alimentaires en deux ans, la perte de valeur de 90 % de la livre libanaise et la pauvreté que connaît déjà 80 % de la population ne sont que des chiffres. Cependant, il suffit de regarder dans les yeux Zoia, sa famille et tous les autres patients du Dr Elias pour comprendre la situation dramatique dans laquelle se trouvent les Libanais aujourd’hui. C’est pour eux que nous avons construit une autre Bonne Fabrique à Jounieh, à plusieurs kilomètres de Beyrouth.

Il y a une collecte de fonds sur la page d’accueil de notre fondation. Nous voulons vraiment que vous soyez à nos côtés et que vous aidiez à répondre aux besoins des personnes qui ne survivront pas les prochains mois sans la fourniture de médicaments, de nourriture et de produits de base. Parlez autour de vous de notre nouveau projet au Liban.

De quoi avez-vous besoin ? La plupart des médicaments, bien sûr. Acheter ceux qui sont encore disponibles dans le pays oblige le Dr Elias à trouver environ 4 à 5 000 USD par mois. C’est difficile parce que ceux qui l’ont déjà aidé en faisant des dons demandent eux-mêmes de l’aide. C’est pourquoi dans ce projet, vous êtes si nécessaire, chère bonne fabrique que vous êtes !

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->