Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
43 143 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Avant de lui tirer dessus, ils lui ont permis de faire sa prière…

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

25 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

8 000

patients atteints de paludisme
En 2020 nos sage-femmes ont assisté à environ

1029

accouchements

17.04.2019

« Récemment, on entend des coups de fusil chaque jour » – nous écrit la sœur Agnieszka depuis la RDC. « D’un côté il y a des rebelles, mais de l’autre il y a également, et ils sont bien plus nombreux qu’auparavant, des malfaiteurs ordinaires qui ne reculent devant aucune atrocité. La semaine dernière, ils ont assassiné l’un de nos anciens soigneurs qui depuis quelques années dirigeait sa propre pharmacie. Avant de lui tirer dessus, ils lui ont permis de faire sa prière…. »

Tout ça se passe pour de vrai et maintenant, qui plus est ! En plus, juste à côté de notre hôpital de Ntamugenga ! Personne ne croit plus en l’efficacité et l’honnêteté des forces de l’ordre. De plus en plus souvent, on fait la justice par ses propres moyens. Les revanches prises par différents groupes armés sont de plus en plus cruelles et sanguinaires. Et comme si ce n’était pas assez, l’épidémie d’Ebola semble complètement échapper à un quelconque contrôle du gouvernement. Depuis plusieurs jours, des rapports laissent se profiler une nette augmentation du nombre de cas de la maladie…

Notre personnel et les sœurs religieuses présentes sur place font leur mieux pour ne pas lâcher malgré le stress permanent et rester au service des plus nécessiteux. Ce n’est pas évident étant donné que l’instabilité environnante ne reste pas sans impact sur l’ambiance générale et le sentiment d’insécurité qui règne dans la région. Elle risque d’ailleurs d’avoir des conséquences très tangibles. Le prix d’une poche de sang de transfusion (qui avait déjà augmenté l’année dernière de 10 à 15 USD) est susceptible de carrément doubler dans les jours qui viennent. Étant donné que chaque année nous pratiquons environ 1000 transfusions sanguines, il est désormais très probable que nos frais respectifs risquent d’augmenter d’environ 60 000 PLN, soit 15 000 EUR. Or, il est presque certain que d’ici à la fin de l’année nos statistiques auront explosé car nous avons déjà pratiqué beaucoup plus de transfusions qu’à la même période de l’année précédente…

Comment allons-nous nous débrouiller ? Grâce à vous et votre générosité, nous n’avons aucune crainte là dessus. Nous savons déjà très bien que nous pouvons compter sur vous en toute circonstance.

Sur les photos, vous pouvez voir Clémence et Miriam. Les deux fillettes sont nées touchés d’une hydrocéphalie. Elles sont originaires de villages misérables sis au pied d’un volcan en pleine forêt équatoriale. Autrement dit, elles vivent plus près des célèbres gorilles des montagnes du parc national Virunga que d’un quelconque médecin. Sans la plus haute vigilance de notre équipe médicale et sans votre inestimable générosité, elles seraient condamnées à mourir. Heureusement, nous avons déjà pu leur faire passer toute une batterie d’examens indispensables, y compris une tomographie, avant de les inscrire pour une opération chirurgicale nécessaire. Grâce à vous, elles retrouveront bientôt la santé !

Pour terminer, encore quelques mots de la part de la sœur Agnieszka, directrice de notre établissement congolais. « Il est vrai que les bandits et le virus Ebola ont récemment bousculé notre sentiment de sécurité, mais sachant que nous pouvons toujours compter sur vous et votre générosité, nous sommes toujours prêtes et prêts à travailler, à la sueur de nos fronts, en faveur du bien. Nous n’oublions pas que pour beaucoup d’êtres humains en détresse notre établissement représente leur dernier espoir ! ».