Aide urgente

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

En mars, un gigantesque incendie dans le camp et maintenant des inondations provoquées par des moussons de plus en plus destructrices ont laissé des parties du camp sous l'eau. Joignez-vous à la collecte de fonds et aidez les personnes qui ont encore une fois tout perdu dans leur vie ! L'eau monte encore !

en savoir plus

Nous avons déjà:
19 168 PLN
Nous avons besoin de :
20 000 PLN

Un feu au camp de Moria !

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque semaine, nous servons plus de

2 000

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

09.09.2020

Moria n’existe plus ! C’est la nuit la plus effrayante que se souviendront les habitants de Lesbos. Un énorme incendie qui s’est déclaré ce soir dans le plus grand camp de réfugiés d’Europe l’a complètement détruit. Selon les habitants de l’île, il est difficile d’imaginer que ce qui a été incendié puisse être reconstruit. Les habitants du camp ont dû fuir à nouveau le danger. Ils se sont dispersés dans l’île, cherchant refuge dans les oliveraies et dans la banlieue de Mitilini.

Il y a une réunion gouvernementale d’urgence à Athènes, donc dans quelques heures, nous saurons probablement quoi faire ensuite. Rien n’indique que le feu a commencé par un allumage accidentel. Les témoins parlent non pas d’un mais de plusieurs foyers d’incendies. Les flammes ont consumé à la fois les bâtiments principaux et les oliveraies à la périphérie. Ceci est confirmé par les employés de Moria, affirmant que tout indique que l’incendie a été délibéré et bien planifié. On ne sait pas par qui. Les agences de presse, citant des sources locales, affirment que la cause pourrait être la rébellion des habitants, parmi lesquels 35 ont été testé positif du COVID-19 hier. Selon les journalistes, l’isolement forcé de ces personnes aurait pu provoquer des tensions supplémentaires dans la communauté déjà frictionnelle du camp.

Nous avons parlé à nos amis de l’île qui sont cependant loin de porter des jugements et de dénoncer des blâmes. Les réfugiés avaient des raisons de se rebeller, mais pas seulement eux. Moria était fermé depuis plusieurs mois. Surpeuplé, les conditions sanitaires et le manque d’approvisionnements adéquats dans le camp ont conduit ses habitants au bord de l’effondrement. Cependant, les habitants de Lesbos ont également protesté contre la politique d’Athènes, qui a transformé l’île en « prison des âmes ».

Les gens sont partout. Parmi eux, certains sont infectés par le coronavirus. Il semble impossible de les amener à un seul endroit. La télévision grecque montre maintenant des troupes antiterroristes envoyées d’Athènes sur l’île de Lesbos. Nous sommes confrontés à une crise très grave.

Les prochaines heures montreront ce qui se passera ensuite. Katerina et Nikos essaient de contacter le directeur du camp pour savoir ce qui est arrivé aux enfants et aux jeunes qui se trouvaient dans le camp sans aucun soin. Nous leur avons préparé des repas tous les jours. La cuisine fonctionne, bien sûr. Nous vérifions quelle aide et dans quelle partie de l’île sont les plus nécessiteux actuellement.

– Nous nous attendions à ce que quelque chose de terrible se produise. Nous l’avons alerté à plusieurs reprises dans des publications Facebook : faites quelque chose avant que Moria n’explose ! – commente Katerina, la directrice de Home For All, qui organise l’aide aux résidents du camp depuis cinq ans. Verrouiller plus d’une douzaine de milliers de personnes dans un endroit réservé à seulement 3000, les priver de leurs droits fondamentaux et de l’espoir qu’ils quitteront un jour cet endroit, était difficile à accepter tant pour les migrants que pour les résidents de l’île. Lorsque tous les fusibles sont retirés d’un tel système, la tragédie doit finalement se produire.

Nous pouvons vraiment avoir des points de vue différents sur une forme ou une autre de la politique migratoire européenne. Mais il n’y a aucun doute que lorsqu’un enfant, que nous nous occupions déjà, souffre et a faim, même au moins un, il n’y a pas de temps pour en discuter, il faut le sauver, le nourrir et c’est tout.

Ne montrons pas du doigt qui n’a pas assumé ses responsabilités, qui était en faute, quel partie politique a raison. Faisons quelque chose au lieu de parler. Judicieusement. Nourrissons ces enfants qui sont restés sans abri cette nuit-là, qui ont vu les flammes et ont dû fuir à nouveau ! Aujourd’hui, nous collectons des fonds pour soutenir Katerina et Nikos dans cette opération ; la plus difficile de leur histoire.  Ils organiseront non seulement les repas, mais toute l’aide nécessaire pour assurer la sécurité des plus petits, afin qu’ils puissent s’endormir ce soir, loin des cris et des pleurs.