Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
28 430 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Aujourd'hui, c'est la Journée mondiale contre l’analphabétisation

Burkina Faso

Selon l’ONU, il s’agit de l’un des pays les moins développés du monde. Son indice de développement humain (IDH) étant de 0,4 seulement, le Burkina Faso est classé 185e sur la liste de 188e pays.

Infos clés:
  • 43,7% de la population vit avec moins de 1,90 dollar par jour ;
  • l’indice d’alphabétisation des jeunes Burkinabés est de 52,5% et représente l’un des pires scores à l’échelle mondiale ;
  • seulement 37,7% des Burkinabés âgés de plus de 15 ans savent lire et écrire ;
  • 80% de la population professionnellement active travaille dans le secteur agricole.
Notre projet est destiné à

40 familles

paysannes du village de Gourcy
Nous initions

32

villageoises au métier de tailleur

08.09.2020

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de la lutte contre l’analphabétisation. Nous le célébrons tous les jours à La Bonne Fabrique ! Depuis trois ans au Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres du monde, nous donnons aux gens l’égalité des chances en leur enseignant non seulement l’agriculture et la couture, mais aussi l’écriture et la lecture. Le taux d’analphabétisation des jeunes ici n’est que de 52% et reste l’un des plus bas au monde. Seuls moins de 38% des personnes de plus de 15 ans savent lire et écrire.

Le cours d’alphabétisation des femmes qui suivent des cours de couture à notre atelier commencera dans quelques jours. Dès que les pluies seront terminées et que les habitants de Gourcy auront pleinement profité de ce court moment de végétation, ils reviendront de leurs champs pour aller à l’école. Les deuxième et troisièmes années d’enseignement seront poursuivies par 30 femmes, et l’inscription pour la première année commencera incessamment.

Trois fois par semaine, cinq heures par jour, ces élèves apprendront à écrire et à compter. Elles ont déjà appris les bases de couture durant les cours de confection. En août, à l’occasion d’une fête locale, elles ont cousu et vendu de belles robes colorées. Elles s’habituent lentement à la machine. Elles se rapprochent rapidement du diplôme. Pour passer au niveau supérieur, nous devons les aider à surmonter quelques obstacles, et c’est ce dans quoi nous nous spécialisons !

Certaines de nos élèves ont écrit des lettres pour la première fois pendant le cours de couture. Aucune des femmes ne parle français. Le tout dans la langue locale – le mooré. Elles ne peuvent pas écrire, elles ne connaissent pas les chiffres ou les phrases de base, et en tant que couturière, il faut prendre la mesure, écrire, calculer, utiliser un ruban à mesurer de tailleur. C’est pourquoi le cours d’alphabétisation est si important. Toutes les étudiantes sont très engagées, car elles savent que les compétences et les connaissances qu’elles acquièrent avec nous sont aussi précieuses que l’or et seront utiles non seulement dans la couture.

Les femmes du monde entier ont des désirs similaires dans leur cœur : elles rêvent de sécurité, de santé, de paix et de bonheur pour leurs enfants. Cependant, tous n’ont pas la chance de réaliser ces rêves. Au Burkina Faso, nous donnons à nos élèves une canne à pêche, en leur enseignant l’entrepreneuriat, le développement de petites entreprises et le transfert de connaissances et de compétences. C’est vraiment plus qu’un rêve devenu réalité pour ces femmes.

Si vous voulez nous aider, offrez aujourd’hui à nos femmes un BOUQUET BIEN éternel !!! Un tel bouquet vaut plus que de l’argent. Cela donne une chance à une vie heureuse qui est si difficile dans de nombreuses régions du monde.