Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
28 965 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Un appartement au lieu d'une tente

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque semaine, nous servons plus de

2 000

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

16.12.2020

Quelques jours de pluies intenses et de vents violents ont suffi pour que les habitants du camp de l’île de Lesbos soient victimes d’une autre tragédie … La Moria 2.0 a pratiquement cessé d’exister ! Une partie du camp était sous l’eau, l’autre, plus exposée au vent, s’est transformée en paysage dévasté alors que de fortes rafales ont renversé les tentes.

Les photos de Lesbos sont décevantes, l’inévitable est devenu un fait. Depuis octobre, lorsque nous sommes venus pour la première fois dans le nouveau camp, créé après l’incendie de la Moria, nous avons croisé les doigts pour que la météo hivernale se révèle douce pour ses habitants. À ce moment-là, nous nous alarmions déjà que l’emplacement du nouveau camp se terminerait tragiquement pour plusieurs milliers de personnes. C’est la partie la plus inhospitalière de l’île. En hiver, le vent peut renverser les voitures circulant le long de la route côtière dans cette zone. Chaque année, la région est inondée de pluies et de vagues causées par de nombreuses tempêtes marines.

Il est difficile de dire exactement à quoi ressemble la structure sociale du nouveau camp, car les statistiques officielles sont boiteuses comme toute l’organisation du lieu de résidence pour des milliers de personnes. En octobre, nous avons essayé de le découvrir par nous-mêmes. Deux familles vivent généralement dans chacune des 1 000 tentes. La plupart avec au moins deux enfants. Il arrive souvent qu’il y en ait plus. 2 000 familles, ce sont donc environ 2 000 femmes, hommes et au moins 4 000 enfants. Il s’ensuit que les plus jeunes représentent près de la moitié de tous les habitants condamnés aux horreurs de la vie dans le camp. La prise de conscience qu’il y a des nouveau-nés dans ces tentes en ce moment, que Fatima est toujours là, que nous visitons régulièrement, et des centaines de ses pairs à qui nous fournissons des repas, du lait et des couches, serre la gorge. Mais nous n’avons pas affaire ici à nos émotions, mais à un travail spécifique.

Nous devons tout mettre en œuvre pour sortir le plus grand nombre de familles dans la situation la plus difficile de l’enfer du camp, et pour celles qui y restent, à part les imperméables, les vêtements chauds, les repas et l’aide d’urgence, nous devons offrir quelque chose de plus.

Katerina et Nikos emmènent famille après famille hors du camp depuis un certain temps. Ceux qui ont reçu l’asile sont retirés du camp et placés dans des appartements loués. Ils les aident à chercher un emploi, créent les conditions pour qu’ils oublient au plus vite leur traumatisme et trouvent un sens à la vie après de nombreux mois de captivité. Nous voulons les soutenir dans ce domaine !!!

Louer un appartement à Lesbos n’est pas si simple. Parce que si la crise rend beaucoup d’appartements vides, personne ne veut avoir des réfugiés comme voisins. Nous avons un endroit où les prochaines familles seront en sécurité. Nous n’aurons pas à payer le loyer, car il s’agit d’une partie d’entrepôt dans un bâtiment appartenant à Katerina et Nikos. Il vous suffit de le rénover de toute urgence ! Nous devons installer le chauffage, des cuisines et un endroit pour dormir. Le premier appartement en construction de la Bonne Fabrique sur l’île de Lesbos, où nous aiderons les familles Moria 2.0 à devenir indépendantes, nous coûtera 10 000 euros. Les travaux de rénovation ont déjà commencé, il n’y a plus rien à attendre !

Aujourd’hui nous vous demandons de nous rejoindre dans le projet de liquidation des tentes ; tente après tente !!! Comment faire ?

Il suffit de visiter Bienfaisance24, notre boutique en ligne et de chercher la brique sous le toit au-dessus de la tête pour un réfugié de Lesbos. Le coût d’une telle BONNE BRIQUE n’est que de 20 PLN. Nous voulons trouver des propriétaires de 2 250 briques d’ici Noël, avec lesquels nous créerons une maison chaleureuse pour les familles du camp.

Dans quelques jours, nous serons assis à la table du réveillon de Noël. Faisons tout pour que la famille, qui gèle et se mouille dans la tente aujourd’hui, puisse s’asseoir à table dans leur appartement le plus tôt possible pour un repas chaud.