Nous sommes au Liban parce que nos amis ont bien besoin de nous

Liban

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été exacerbée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les citoyens éduqués fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage, les coupures d’électricité et les pénuries de carburant.

Infos clés:
  • Depuis le début de la crise, la livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 400 % entre janvier et décembre 2020.
  • Le PIB a baissé de 20,3% (2020)
  • 78% de la population libanaise (3 millions de personnes) vit dans la pauvreté. L’extrême pauvreté a touché 36% de Libanais (1,38 million)
  • il y a une pénurie nationale de médicaments essentiels
  • les coupures prolongées d’électricité et la pénurie de carburant (jusqu’à 20 heures par jour) paralysent la vie quotidienne des Libanais
Nous fournissons des médicaments, de la nourriture et des produits d'hygiène et d'assainissement de base à

260

malades chroniques et démunis

11.12.2021

Nous avons atterri à Beyrouth en pleine nuit. La ville, autrefois appelée le « Paris du Moyen-Orient », semble aujourd’hui déserte. Dans le ciel nocturne sans nuages, il est difficile de distinguer les contours des grands immeubles enveloppés de ténèbres. Dans tout le pays, il n’y a pas d’électricité pendant en moyenne 22 heures par jour.

« C’était pire que mal, mais maintenant il y a encore plus de problèmes », explique Khadi, notre chauffeur. La situation au Liban nous oblige à trouver un nouveau niveau dans la notation des adverbes et des adjectifs. « C’était très mauvais, mais comment appelons-nous la situation maintenant ? 20 litres de carburant coûtaient 50 000 avant la crise, aujourd’hui 350 000 livres libanaises. Cela signifie que le salaire minimum est suffisant pour un réservoir plein », explique Khadi. Le dilemme auquel sont confrontés les travailleurs de niveau inférieur est de savoir si leur salaire couvrira les frais de déplacement.

Le Dr Elias Harouny, avec qui nous travaillons depuis septembre pour fournir aux pauvres et aux malades des médicaments et des aliments de base, a créé sa propre échelle de personnes dans le besoin. – « Très, très pauvre », « très pauvre » et « pauvre ». Les premiers sont les indigents ; ils n’ont pas les moyens d’acheter de la nourriture, du carburant, des médicaments, rien. Les pauvres, par contre, sont ceux qui ont un travail et un toit au-dessus de leur tête, mais qui du coup n’appartiennent plus à la classe moyenne. Une inflation à 100 % les a conduits au bord de la pauvreté. Malgré leur travail acharné, ils n’ont pas les moyens d’acheter les produits de première nécessité », explique le Dr Elias.

Le plus grand hôpital de Jebeil, ou de l’ancienne Byblos, l’Hôpital Notre Dame des Secours n’a pas de médicaments, les patients atteints de cancer à travers le pays n’ont pas accès aux traitements et les prix des médicaments essentiels ont été multipliés par 10 au cours du seul mois dernier. Une boîte de paracétamol coûte 74 000 livres libanaises. Pour un salarié en devise américaine, cela ne coûte que 3 $, mais pour ceux qui touchent un salaire en livres libanaises, c’est une dépense comparable à l’achat de bijoux de luxe.

Nous sommes au Liban parce que nos amis ont désespérément besoin de nous. Dans les prochains jours, nous participerons à la distribution des colis de Noël et vous ferons part de nos nouvelles idées pour aller à la rencontre des habitants d’un pays en proie à une crise économique sans précédent dans l’histoire moderne.

Nous créons un foyer sûr pour les enfants solitaires de Zhytomyr

Aide pour Lwiątko

Des bombes sont tombées à Zhytomyr. 55 enfants et membres du personnel ont trouvé refuge à l’école maternelle de Lwiątko, dans l'est de l'Ukraine. L'établissement vivait au jour le jour. Ouvrons ensemble une nouvelle fabrique de bien ici ! Construisons-leur un FOYER sûr, où ils ne seront privés de rien !

en savoir plus

Nous avons déjà:
6 656 EUR
Nous avons besoin de :
6 667 EUR
<-- ActiveCampaign Monitor Code -->