Nous combattons la faim

Aidez-nous à sauver Barak !

Le premier enfant de la famille d'un jeune couple congolais. Les repas réguliers sont rares pour ses parents. Pendant la grossesse, la mère du garçon mangeait mal. Après l'accouchement, il y avait un problème d'allaitement, après un mois, le bébé pesait moins de 2 kilogrammes ...

Il n'y a pas de vacances pour sauver des vies et nourrir les affamés. Une autre collecte de fonds commence : la lutte contre la faim !

en savoir plus

Nous avons déjà:
24 851 PLN
Nous avons besoin de : :
30 000 PLN

L'histoire de Glorieuse, Justin et Merveille

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

21 300

procédures médicales
Mensuellement, nous prenons en charge environ

1000

patients atteints de paludisme
En 2019 nos sage-femmes ont assisté à environ

800

accouchements

22.05.2020

Sœur Agnieszka nous écrit aujourd’hui du Congo :

« Les trois enfants sur la photo viennent de différents villages autour de Ntamugenga. Assommés de douleur et de souffrance, pas qu’une seule fois, ils ont regardé la mort en face. Ils ont passé par trop de choses dans la vie. Ils sortent juste du village voisin. Aujourd’hui, nous tournons leur regard vers vous. À un moment donné de leur courte vie, ils se sont retrouvés dans une situation si difficile, que les parents désespérés des trois enfants les ont confiés en toute confiance entre nos mains (et aussi entre vos mains).

Glorieuse (la première depuis la gauche) est venue chez nous en mars en très mauvais état. Perforation intestinale et péritonite. Elle a subi 2 opérations chez nous. Elle se rétablit et bientôt elle pourra rentrer chez elle.

Justin lutte contre le cancer depuis janvier. Il est déjà après la troisième séance de chimiothérapie. Il lutte courageusement contre la maladie et il est aujourd’hui dans un meilleur état qu’au début du traitement. Il y a deux mois, il respirait difficilement et souffrait beaucoup. Maintenant qu’il roule sur un scooter, il aime regarder des films et avec une très grande joie, il visite et nourrit des lapins dans le jardin de l’hôpital. Depuis plusieurs mois, nous accueillons régulièrement notre oncologue – le seul dans tout l’est du Congo ! Il fait la chimio à plusieurs de nos patients qui ont déjà effectué (dans la capitale provinciale et à l’étranger) une biopsie, une tomodensitométrie et autres examens médicaux nécessaires. On peut écrire un roman assez riche en rebondissements sur la conduite des examens médicaux, la recherches de médicaments de chimiothérapie et les débuts de ce domaine de la médecine dans notre hôpital au milieu de la brousse congolaise. Nous avons même le titre : « Combattre le cancer dans la jungle, ou comment ne jamais abandonner » . 🙂 Tous les frais d’examens et de médicaments ainsi que les séjours à l’hôpital ont été pris en charge par nos Tope-là cinq.

Merveille est assise dans un fauteuil roulant à droite. Pendant de nombreuses années, ses problèmes respiratoires, sa toux et sa faiblesse générale étaient considérés comme des infections respiratoires. Ce n’est que chez nous qu’un grave problème cardiologique a été diagnostiqué. Nous sommes en train de faire des tests médicaux, nous avons contacté un spécialiste de la France et examinons la possibilité d’une opération chirurgicale en Europe. Pour l’instant, le coronavirus a contrecarré nos plans, mais nous sommes sûrs que ce n’est que temporairement.

La fille se sent mieux, elle est sous oxygène depuis 10 jours. L’ensemble de nos machines fonctionnent alternativement depuis 2 semaines sans une seconde de pause. Bonnes machines de la Bonne Fabrique. Grâce à vous, nous avons de quoi acheter l’essence, et on en a besoin de beaucoup. Les générateurs fournissent de l’électricité (car il n’y a toujours pas d’électricité dans notre région), entre autres, pour trois concentrateurs d’oxygène, également financés par vous. Il m’est difficile d’imaginer ce que serait ici sans la Bonne Fabrique. Pour le moment, tous les hubs fonctionnent sans arrêt. Leur déconnexion ou manque de carburant signifierait de graves problèmes pour trois patients.

Nous vous remercions et vous souhaitons bonne santé. Chez nous, l’épidémie du Covid-19 ne fait que commencer et il est difficile de prédire ce qui pourrait arriver. Malgré de nombreuses craintes, nous ne cédons pas à la panique, car vous êtes avec nous. « 

N’est-il pas une excellente occasion d’ajouter du carburant pour traiter les cas les plus difficiles, sauver les enfants et leurs sourires dans un endroit du monde aussi complexe que le traitement du cancer ? Tope-là 5 aujourd’hui. Cinq zlotys, ça suffit. Faites-le Tope-là 5 régulièrement – une fois par semaine, et nous vous convaincrons quelles choses merveilleuses se produisent grâce à ces Tope-là 5 chaque jour.