Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
43 193 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Le petit Moïse va bien

Rwanda

Le Rwanda est à la fois l’un des pays les plus petits et les plus peuplés du continent africain. La densité de population y est d’environ 463 individus sur 1 km! En raison de son relief, le Rwanda est surnommé « le pays des mille collines » tandis que son histoire mouvementé lui vaut le surnom du « pays des mille problèmes ».

Infos clés:
  • la population du Rwanda est estimé à environ 12 millions d’habitants ;
  • en 1994, le pays a été touché par le génocide de l’ethnie Tutsi – en l’espace de 100 jours, environ 1 million de Tutsis ont été assassinés tandis que 2 millions d’individus ont quitté le pays ;
  • le Rwanda est un pays agricole – les exportations des produits agricoles (café, thé, bananes…) représentent 63 % des revenus des exportations du pays
En 2019, nous assurons les soins palliatifs nécessaires à

35

malades

25.01.2021

C’est la troisième année depuis qu’une jeune mère est venue à l’hôpital de Ntamugenda avec son fils de plusieurs mois. L’organisme épuisé par le paludisme, l’infection des voies respiratoires et toute une série d’autres complications ont nécessité une hospitalisation. Alors que l’état du petit Moïse commençait à s’améliorer, la femme a disparu.

– C’était le cinquième jour après que nous l’avons admis dans la salle. La femme a demandé à son voisin de la chambre de s’occuper du petit. Elle lui a promis qu’elle reviendrait dès qu’elle achèterait de la farine au marché. La journée est passée et elle n’est pas revenue. Quand le soleil a commencé à se coucher, la femme qui a accepté d’aider a paniqué et nous a alors informé – se souvient Sr. Agnieszka Gugała, responsable de l’hôpital au Congo.

Le personnel de l’hôpital a commencé ses recherches, considérant que la mère du petit Moïse s’était peut-être évanouie sur le chemin du marché et qu’elle avait elle-même besoin d’aide. La possibilité qu’un bébé de sept mois soit juste déposé à notre salle de dessein n’a jamais traversé l’esprit de personne. Après tout, quelque chose a dû se passer.

C’était évident que la mère de Moïse avait planifié son évasion beaucoup plus tôt. Lors de son admission à l’hôpital, elle a donné de fausses données et, lors de conversations avec d’autres patients, elle n’a jamais révélé d’où elle venait exactement. La recherche de la jeune femme a été facilitée par des affiches placardées dans tout le quartier, des publicités sur la radio locale et les réseaux sociaux. Après deux mois, les médecins, qui se sont transformés en une équipe d’enquête harmonieuse, ont déterminé que la femme avait traversé la frontière avec l’Ouganda. Elle a été reconnue par un homme qui lui a conseillé de tout recommencer dans un pays voisin.

Après 5 mois de recherche des parents de Moïse, nous avons réalisé que les personnes qui se soucient le plus de lui sont nous. Nous lui avons donné chaleur et soin et avons rapidement trouvé une famille qui a adopté le bébé. Trois ans ont passé. Moïse est un enfant heureux et aimé aujourd’hui. Grâce à vous, nous assurons son éducation à la maternelle et ses soins médicaux. Nous lui fournissons régulièrement des jouets et du matériel pédagogique.

Lorsque Moïse est malade et se présente à Ntamugenda pour consultation, il met tout l’hôpital en mouvement. Tout le monde le connaît bien ici, et il se sent chez lui. Il regarde dans les bureaux, assiste aux injections et sait bien sûr où se cacher quand c’est son tour.

Nous nous sommes demandé à plusieurs reprises ce qui n’allait pas dans la tête de sa mère il y a trois ans. Quelle était la situation ? Quels problèmes a-t-elle dû affronter pour prendre une décision aussi dramatique ? Nous ne voulons pas la condamner, car bien qu’elle l’ait abandonné quelque part dans la brousse, elle l’a laissé dans l’endroit le plus sûr de tout l’est du Congo, parmi les nombreuses bonnes personnes qui le soutiennent chaque jour. Des gens comme vous !