Aide urgente

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

En mars, un gigantesque incendie dans le camp et maintenant des inondations provoquées par des moussons de plus en plus destructrices ont laissé des parties du camp sous l'eau. Joignez-vous à la collecte de fonds et aidez les personnes qui ont encore une fois tout perdu dans leur vie ! L'eau monte encore !

en savoir plus

Nous avons déjà:
14 501 PLN
Nous avons besoin de :
20 000 PLN

La situation dramatique à Cox's Bazar

Bangladesh

Le Bangladesh est l’un des pays les plus peuplés et les plus pauvres du monde. La densité de population y dépasse un millier d’individus sur un kilomètre carré. La population totale du pays est d’environ 150 millions d’habitants. Depuis mi-2017, dans la Birmanie voisine des milliers de Rohingyas ont été massacrés et leurs maisons brûlées. Les survivants ont quitté leurs villages en direction du Bangladesh. En quelques mois, plus de 750 000 réfugiés se sont installés sur la frontière entre les deux pays.

Infos clés:
  • dès le départ, l’ONU qualifie les persécutions des Rohingyas d’épurations ethniques ;
  • les Rohingyas sont aujourd’hui l’ethnie la plus persécutée du monde
  • près de la ville de Cox’s Bazar se trouve le camp pour réfugiés le plus peuplé du monde avec environ 920 000 habitants 
  • 55% des résidents du camp sont des enfants
dans notre foyer, nous prenons en charge

60

enfants âgés de 3 à 6 ans
nous animons des cours d’anglais, de couture et d’informatique à l’attention de

108

adolescents
chaque mois, nous animons des ateliers de parentage positif à l’attention d’environ

150

adultes

20.08.2020

Ces derniers jours, de fortes pluies de mousson ont de nouveau frappé Cox’s Bazaar. Rappelons que depuis 3 ans, près d’un million de Rohings campent dans un camp de réfugiés dans des conditions très difficiles. Les fortes pluies ont provoqué des inondations et des glissements de terrain, dont 775 réfugiés ont déjà souffert, et plus de 1 900 huttes en bambou et une partie des infrastructures du camp ont été détruites.

Le camp est construit dans une région vallonnée avec peu d’arbres, d’arbustes et de rochers pour soutenir le sol sablonneux qui se transforme maintenant en boue. Au fur et à mesure que les précipitations s’intensifient, l’eau qui coule lave les pentes et les structures de fortune des huttes en bambou tombent dans l’eau comme des maisons de cartes. Tout dans le camp est inondé en ce moment. Même les Toilettes. Des milliers de personnes ne peuvent pas rester dans leurs huttes, l’eau est parfois jusqu’aux genoux ; sans parler du manque d’espace pour cuisiner.

Au vu des conditions critiques dans le camp chevauchant l’épidémie du Coronavirus là-bas, La Bonne Fabrique ne ralentit pas. Nous continuons à nous occuper de nos familles, qui reçoivent chaque mois la nourriture nécessaire et variée. Certaines d’entre elles sont des femmes plus âgées et des mères célibataires handicapées qui ont du mal à s’en sortir seules, surtout maintenant. Nous organisons constamment des sessions de formation sur les règles d’hygiène de base, au cours desquelles nous distribuons des kits sanitaires avec du savon et des désinfectants aux habitants du camp. Avec la situation actuelle, lorsque des ruisseaux de boue mélangés à des eaux usées s’écoulent entre les huttes, l’hygiène et l’accès à l’eau potable sont une nécessité absolue pour maintenir la santé et la vie. Plusieurs dizaines de personnes utilisent notre point de collecte d’eau propre que nous avons mis à la disposition de tous les résidents du camp.

Le camp de réfugiés Rohingya au Bangladesh est l’un des endroits les plus difficiles et exigeants où nous opérons. Ce n’est que grâce à vous, malgré les adversités qui continuent de venir, que nous pouvons toujours être là et soutenir des personnes qui ont déjà vécu trop d’atrocités dans leur vie.