Gédéon découvre que les gens peuvent être bons

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • environ 15,6 millions – 18% de Congolais souffrent de la faim
  • 3,4 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë
  • 41,8% des millions d’enfants de moins de 5 ans sont rabougris
  • 63,2% des enfants de moins de 5 ans ainsi que 41% des femmes entre 15 et 49 ans ont une forme d’anémie
En 2023, nous avous sauvé de la maladie de famine

580

mineurs affamés
Notre centre d’aide alimentaire prend en charge au moins

80

enfants par semaine

10.05.2023

Le claquement d’une boîte tombée fige l’enfant de quatre ans et fixe avec de grands yeux sa mère qui le tient, comme pour s’assurer qu’elle est toujours là. Qu’ils sont vivants.

On a beaucoup parlé de traumatisme ces derniers temps. En Pologne, nous sommes en quelque sorte en train de réapprendre le traumatisme de la guerre, même si nous pensions qu’il s’agissait peut-être d’un chapitre clos de l’histoire. Pour la République Démocratique du Congo, la guerre civile est une blessure qui refuse de cicatriser. Il n’y a pas de pauses ici des explosions et des bombardements. Le conflit ne fait que changer de lieu. Et cela change à jamais quelque chose chez les gens, surtout les plus petits.

Le traumatisme des adultes fait mal, mais celui des enfants est déchirant. La peur des explosions a d’abord fait pleurer Gédéon. Plus tard, la panique et les pires pensées quand sa maman n’est pas revenue du champ depuis longtemps. Et lorsque la peur était plus grande que toutes les autres émotions, le mécanisme de défense ultime est entré en jeu – se coupant de ce monde effrayant. Gédéon a cessé de manger.

Les supplications de ses parents aimants n’ont pas aidé. Il était impossible de fonctionner normalement dans un monde où aller chercher de la nourriture dans le champ qui risquait d’être bombardé et où chaque repas pouvait être le dernier. Lorsque le tout-petit a commencé à perdre du poids, les parents ont fait de leur mieux pour atteindre Ntamugenga – notre centre de nutrition. Le seul de son genre dans la région.

Nourrir l’enfant n’est que le début de la difficile tâche de reconstruire ne serait-ce qu’une fraction du sentiment de sécurité. Gédéon découvre que les gens peuvent être bons. La réalité redevient supportable, au moins suffisante pour qu’il mange avec délectation des repas thérapeutiques et reprenne lentement du poids. Voulez-vous lui donner une tasse d’un tel repas aujourd’hui ?

Aide urgente nécessaire

Sauvez la pharmacie pour les plus démunis au Togo

Cette somme permettra d'équiper les étagères de la pharmacie pour la première moitié de l'année. Ania et Mateusz s'occuperont de cela, et ils voleront au Togo en février pour remplir les étagères avec les antibiotiques, les antipaludéens et les analgésiques les plus essentiels. La pharmacie de Saoudé a des vies à sauver. Elle ne peut réussir sans votre soutien.

en savoir plus

Nous avons déjà:
2 032 EUR
Nous avons besoin de :
6 667 EUR