Nous lançons la Bonne Fabrique au Liban

Il y a une pénurie de médicaments essentiels au Liban

Le salaire moyen libanais est à peine suffisant pour acheter 13 sachets de paracétamol. Les pharmacies sont vides. Apportons notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin !

en savoir plus

Nous avons déjà:
19 075 PLN
Nous avons besoin de :
45 000 PLN

De plus en plus de réfugiés attendent notre aide

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque semaine, nous servons plus de

2 000

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

17.08.2021

Les récents événements en Afghanistan n’entraîneront pas moins de réfugiés. Il y en aura beaucoup, beaucoup plus. Ceux qui n’ont pas pris la décision de fuir leur patrie au cours des dernières années de conflit interne avec les terroristes doivent maintenant le faire sans hésiter. Jusqu’à 80 % des personnes qui fuient sont des femmes et des enfants.

Tout le monde n’y parvient pas, tout le monde ne parvient pas à monter dans les avions au départ de l’aéroport de Kaboul, dernier bastion des troupes américaines. Beaucoup mourront, d’autres subiront des châtiments cruels et des tortures semblables au Moyen Âge. Ceux qui échappent à la persécution ne trouveront de foyer nulle part, car leur foyer se trouve à l’endroit même où l’enfer refait surface. Leur volonté de survivre se heurtera à la stigmatisation d’un intrus : une personne indésirable n’importe où, car c’est ainsi que sont traités aujourd’hui ceux qui frappent à nos portes, désespérés à la recherche d’aide.

Ce scénario se déroule dans de nombreux pays. L’année dernière, cela a conduit à un pic de migration sans précédent. En raison des conflits, des persécutions et des catastrophes naturelles causées par le changement climatique, 40,5 millions de personnes dans le monde ont quitté leur foyer. Parmi eux, près d’un demi-million d’Afghans, qui constituent près de la moitié de tous les réfugiés sur les îles grecques. Il y a trois ans sur l’île de Lesbos, dans le plus grand camp de réfugiés d’Europe, nous avons installé la Bonne Fabrique, qui nourrit, soigne et donne du travail à des personnes qui, fuyant les violences, sont bloquées sur les îles grecques depuis des mois, parfois des années. En visitant des tentes successives dans le camp sur l’île grecque de Lesbos, nous rencontrons des femmes afghanes qui auparavant travaillé comme médecins, enseignants ou journalistes. Ils n’en veulent pas à l’Europe de ne pas les vouloir ici. Ils en veulent aux responsables du fait que leur patrie est leur principal ennemi et qu’il n’y a pas de place pour eux là-bas.

Dans quelques jours ou semaines, il y aura à nouveau plus de bateaux. Et bien que le gouvernement d’Athènes assure aux habitants qu’il n’y aura pas de nouvelle vague, elle est en hausse depuis plusieurs jours.

Ensemble, faisons quelque chose pour ces gens. Nous ne devons pas être indifférents et ne pas être amenés à croire que nous n’avons aucune influence sur quoi que ce soit. Un repas chaud pour un résident du camp coûte 15 PLN. C’est généralement le point de départ. Une fois que nous avons nourri les affamés, nous pourrons alors répondre à leurs autres besoins, les plus urgents.