Famine en Mauritanie. Nous venons au secours des enfants !

Ne laissez pas un autre enfant mourir de faim

Au centre de nutrition de Kaédi, pour la première fois depuis longtemps, un bébé de plusieurs mois n'a pu être sauvé. La petite Mariam nous a été confiée trop tard. Le nombre d'enfants affamés ne cesse d'augmenter ! Nourrissez un enfant affamé avec nous !

en savoir plus

Nous avons déjà:
10 365 PLN
Nous avons besoin de :
10 000 PLN

Changer beaucoup avec très peu

Burkina Faso

Selon l’ONU, il s’agit de l’un des pays les moins développés du monde. Son indice de développement humain (IDH) étant de 0,4 seulement, le Burkina Faso est classé 185e sur la liste de 188e pays.

Infos clés:
  • 43,7% de la population vit avec moins de 1,90 dollar par jour ;
  • l’indice d’alphabétisation des jeunes Burkinabés est de 52,5% et représente l’un des pires scores à l’échelle mondiale ;
  • seulement 37,7% des Burkinabés âgés de plus de 15 ans savent lire et écrire ;
  • 80% de la population professionnellement active travaille dans le secteur agricole.
Notre projet est destiné à

35 familles

paysannes du village de Gourcy
Nous initions

50

villageoises au métier de tailleur

12.11.2021

Nous avons peut-être des opinions différentes sur la politique migratoire de l’Europe, mais une chose est claire : les affamés, ceux qui ont froid ou qui vivent dans la peur doivent être nourris, réchauffés et hébergés en toute sécurité.

Le village de Gourcy dans le nord du Burkina Faso, où se développe depuis plusieurs années une petite coopérative agricole sous le patronage de La Bonne Fabrique, est une zone sujette aux attaques terroristes et connaît un changement climatique dévastateur. L’agriculture basée sur les houes et les arrosoirs ne survivra pas ici et le fait d’avoir creusé un puits d’eau s’est avéré primordial pour la survie dans cette partie de l’Afrique.

« Le manque de pluie et d’eau entraîne de mauvaises récoltes et une grande peur de la famine, qu’il sera difficile d’éviter cette année dans cette région d’Afrique, où même un puits d’eau est insuffisant pour soutenir l’agriculture dans ces conditions extrêmes. Les personnes dont nous avons la charge se battent pour chaque légume. Aubergines, courgettes, oignons et fruits. Croisons les doigts pour nous », écrit notre déléguée, Gosia Tomaszewska, venue tout droit du Burkina Faso.

En utilisant des solutions modernes, nous faisons tout notre possible pour donner aux gens du travail et la possibilité de subvenir aux besoins de leur famille plutôt que de prendre la décision drastique de fuir leur foyer et leur pays.

En soutenant notre projet, vous contribuez à apporter de nouveaux produits sur le marché local, à enrichir l’alimentation des habitants et à développer le commerce étape par étape. De plus, l’argent qu’ils récoltent dans notre moulin, notre atelier de couture et notre potager, fournit des fonds dont ils pourront tirer d’autres bénéfices en sollicitant des micro-prêts pour des projets très concrets de développer leurs entreprises. La communauté locale bénéficie de sa propre ingéniosité. Il ne nous reste plus qu’à mettre du carburant dans cette machine bien huilée !

La situation économique du Burkina Faso est dans un état critique. Avec plus d’un million de déplacés internes qui ont déjà quitté leur foyer dans le nord du pays par peur des djihadistes, nous pouvons être sûrs que de plus en plus de personnes seront bientôt confrontées à la décision critique de fuir leur foyer par peur de la faim et du danger, risquant un long voyage de plusieurs semaines vers l’Europe, où ils ne sont pas recherchés. La grande majorité de ces familles se lancent dans un voyage mortel non pas pour une vie meilleure, mais simplement pour survivre. Ils ne veulent pas quitter leurs proches et leur patrie. Grâce à La Bonne Fabrique, ils n’ont pas à le faire.

Aidez-nous à produire encore plus de bien aujourd’hui pour alimenter cette usine de bien qui offrira de nouvelles opportunités aux habitants de Gourcy. Il leur permettra de rester chez eux, sans craindre de ne pas pouvoir nourrir leurs enfants ou les envoyer à l’école.

Une brique de construction pour l’expansion de notre potager ne coûte que 8 PLN. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est quelque chose qui peut remettre la vie troublée de ceux qui nous sont confiés sur la bonne voie vers un avenir stable et paisible dans leur propre pays.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->