Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
42 998 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Faire un don
Nous avons déjà
42 998 PLN
Nous avons besoin de
73 000 PLN
L’action est soutenue par: 548 personnes
Partagez

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque semaine, nous servons plus de

2 000

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

Aide alimentaire

« Même les ordures dans ce monde ont finalement leur place. Nous valons moins que les ordures. Il n’y a aucun endroit sur cette planète où quelqu’un nous accepte, où nous pourrions être libres, nous sentir en sécurité » – dit un résident du camp Moria 2.0, un père aigri, tenant une petite fille dans ses bras. Aujourd’hui, comme près de 200 autres familles, il a appris que sa demande d’asile avait été rejetée. Cela signifie la déportation.

« Revenir en Afghanistan avec un petit enfant, où les talibans ont tué mon père et mes frères de sang-froid, signifie une chose pour moi: la mort. Nous partagerons leur sort dès que nous franchirons les frontières » – explique-t-il les larmes aux yeux. Pour lui, le retour forcé dans le pays sonne comme la peine la plus dure.

Il y a aussi une mère célibataire avec cinq enfants sur la liste des demandes d’asile estampillées «rejetées». Elle a risqué la vie de tous les cinq pour échapper à une mort certaine. Maintenant, elle ne peut pas les regarder dans les yeux et leur dire que toute cette fuite était inutile, que personne ne veut d’eux, qu’elle ne peut pas les garder en sécurité, que l’avenir ne leur apportera pas de nouvelles opportunités, seulement de pires menaces. Bien sûr, la décision du fonctionnaire peut faire l’objet d’un appel, mais les conseils juridiques coûtent de l’argent, et toute la procédure judiciaire peut coûter 2000 euros ou plus. C’est de l’argent qu’aucun d’entre eux n’a.

L’attitude des autorités envers les habitants du camp de l’île de Lesbos change clairement. De plus en plus souvent, ils testent de nouvelles façons de stabiliser la situation. Le billet retour pour les nouveaux arrivants fait désormais partie des idées pour réussir en matière de migration. Ce succès comptable apparent, cependant, apporte avec lui le drame déchirant des personnes derrière ces chiffres.

Où sommes-nous? Nous sommes avec eux. Nous aidons les personnes dans les situations les plus difficiles à obtenir des conseils juridiques. Nous essayons de les soulager dans les affaires simples du quotidien, ce qui peut aussi être un mur insurmontable pour eux. Même ceux dont la demande a été acceptée pour obtenir un passeport doivent le payer. 97 euros pour chaque adulte, 86 euros pour un document pour un enfant. Vous avez vu dans nos récits plus d’une fois les conditions dans lesquelles vivent ces personnes. Les tentes trempées en hiver sont tout ce qu’elles ont.

Nous ne pouvons pas aider tout le monde aujourd’hui. Cependant, cela dépend de chacun de nous si nous serons en mesure d’atteindre la prochaine personne dans le besoin, alors mobilisons-nous à nouveau pour ces personnes. Montrons-leur qu’ils ne sont pas seuls, qu’ils sont importants et que nous pouvons tous nous intégrer dans ce monde. 15 zlotys pour un repas chaud, c’est un montant à la charge de la plupart d’entre nous, et nous sommes assez nombreux ici. Ajoutez-en un de plus, et en plus d’un dîner chaleureux, nous nourrirons ces personnes avec espoir, en les aidant dans leurs efforts pour obtenir le droit à un refuge sûr.

La moitié de la levée de fonds, qui est maintenant lancée sur la page d’accueil, sera consacrée à l’aide juridique pour les personnes de Lesbos qui en fuyant l’enfer, ont entendu que personne ne se soucie de leur sort en Europe.