Les gisements de coltan, d'or et de diamants sont une malédiction pour les Congolais

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

21 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

7 000

patients atteints de paludisme
En 2021 nos sage-femmes ont assisté à environ

1032

accouchements

21.07.2022

« Les gens prient pour qu’on ne découvre plus de gisements minéraux ici. Pour les habitants, leurs présences est une malédiction – une source d’effusion de sang constante sur ces terres », déclare Sœur Ania Nowakowska, qui a dû évacuer il y a quelques jours de notre hôpital de Ntamgugenga en République Démocratique du Congo. C’était déjà devenu très dangereux là-bas.

Nous sommes à Nyakinama, au nord du Rwanda, avec Sœur Ania. Nous nous promenons beaucoup, parlons des dernières semaines à Ntamugenga. Nous sommes flanqués d’un beau panorama de volcans rwandais à l’horizon. Difficile de croire que de l’autre côté d’eux, au Congo, il y a une guerre. Cette fois, il s’est avancé jusqu’aux murs de l’hôpital que la Bonne Fabrique dirige depuis huit ans avec les Sœurs des Anges. Des camions de l’armée congolaise équipés de lance-missiles se tenaient à moins de 20 mètres de nos bâtiments. Nous sommes dans la ligne d’un échange de tirs entre l’armée et les rebelles qui ont capturé les collines stratégiquement importantes.

« Tout est devenu si réel lorsqu’une nuit, il y a eu un violent échange de tirs entre deux groupes. Tout autour de nous, il y avait un bruit strident de balles volantes et d’explosions. Il n’y avait même pas d’endroit où fuir. Les sœurs et moi nous nous sommes assises dans le couloir jusqu’au matin, s’abritant sous des matelas. Pendant ce bombardement, je n’ai pensé qu’à une chose : qu’adviendrait-il des personnes qui s’étaient réfugiées dans la cour autour de notre maison et de notre hôpital ? Il s’est avéré plus tard qu’un des obus avait pénétré par le toit et a atterri dans la chambre des patients. C’est un miracle que personne n’ait été abattu », dit sœur Ania d’une voix tremblante.

C’est la troisième semaine que des milliers de réfugiés ont franchi les murs de notre centre de santé. Pratiquement chaque centimètre carré de notre cour est déjà occupé. Ceux qui fuyaient les combats prenaient le peu qu’ils avaient : une natte de couchage, une marmite, des haricots ou une chèvre. Ce qui est aussi effrayant dans tout cela, c’est que la guerre a éclaté au moment même où commençaient des récoltes tant attendues dans les champs : maïs, haricots, soja. Les récoltes des gens ont été laissées dans leurs maisons, qui sont maintenant pillées par la rébellion qui s’empare de plus de terres. De plus, les champs sont balafrés de bombes et d’obus.  « La conséquence sera encore plus de pauvreté et de faim dans notre région », conclut Sœur Ania.

« En plus de la nourriture, des médicaments de base sont nécessaires de toute urgence. Il fait maintenant froid la nuit, ce qui rend les enfants malades. Nous avons besoin d’intraveineuses, de sang, d’antipyrétiques, de médicaments contre le rhume, d’antipaludéens. Après la prise de 12 centres de santé par la rébellion, notre hôpital est le seul en activité dans la région. Ils nous amènent tout le temps des blessés. Le Dr John et le Dr Patient, ainsi qu’une partie de l’équipe médicale, sont restés sur place. Ils travaillent par quarts pour s’assurer que l’hôpital continue de fonctionner », rapporte la missionnaire.

Tout cela se produit pour une seule raison : les minéraux qui nous serviront plus tard dans nos téléphones ou nos tablettes. C’est contre eux que cette guerre est menée. On ne peut donc pas dire que ce problème ne nous concerne pas ! Coltan, or, diamants – c’est à cause d’eux que la terre la plus riche du monde a les gens les plus pauvres.

La Bonne Fabrique met tout en œuvre pour soutenir les médecins et le personnel médical travaillant sur place depuis les premiers jours des combats. Ce sont eux qui étaient en première ligne aujourd’hui, apportant leur aide. Au début de la guerre, nous avons reconstitué nos réserves de sang et de perfusions, mais celles-ci, avec le nombre toujours croissant de personnes dans le besoin, diminuent à un rythme rapide. Nous venons de livrer davantage de fournitures médicales, mais nous avons désespérément besoin de votre soutien. C’est vous qui donnez à l’hôpital la stabilité si difficile à trouver au Congo en ce moment. Chaque contribution que vous apportez, chaque intraveineuse ou poche de sang, sauve désormais des vies en première ligne !

Aide urgente nécessaire

Aide humanitaire pour Izium

Izium et les villages environnants ont enduré six mois de terreur. Sur un rayon de 100 km, il n'y a pas un seul magasin d'alimentation ouvert. Les habitants comptent sur leurs dernières fournitures cachées et, plus encore, sur l'espoir qu'ils s'en sortiront jusqu'à l'arrivée de l'aide humanitaire.

Nous nous sommes immédiatement mis en route pour aider et avons été parmi les premiers à arriver.

en savoir plus

Nous avons déjà:
3 219 EUR
Nous avons besoin de :
8 607 EUR
<-- ActiveCampaign Monitor Code -->