Il n'est plus possible d'y vivre

Ukraine

Le 24 février 2022, la Russie a lancé une offensive militaire en Ukraine, faisant des victimes civiles et détruisant les infrastructures du pays. Plus d’un quart de la population a été contrainte de fuir leur domicile. Au cours des premières semaines, plus de 4,3 millions de réfugiés ont fui l’Ukraine, et autant ont été déplacés à l’intérieur du pays. Il s’agit de la crise de réfugiés qui connaît la croissance la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale.

Nous ne pouvons pas être indifférents à la souffrance de nos voisins, nous nous sommes immédiatement mis à aider !

Dans les premiers jours de la guerre, nous avons livré

21 000

miches de pain pour les habitants de Kiev
Nous avons envoyé

20 tonnes

de vivres dans les zones touchées par le conflit
Nous nous occupons de

55

enfants évacués de l'orphelinat de Zhytomyr

21.04.2023

« Un missile russe arrive ici en cinq minutes », déclare le maire de Zaporozhye. « Lorsque l’alarme retentit, elle peut déjà toucher sa cible. Les Russes ciblent des groupes de personnes : distributions d’aide humanitaire, points de rassemblement d’évacuation, peu importe qui, pourvu qu’ils puissent tuer. »

Le Dniepr a pris l’eau. Près de Kiev, la rivière a franchi les digues et à Dnipro et Zaporizhzhya, elle s’est glissée dangereusement près. C’est le résultat des pluies torrentielles et des vannes ouvertes sur les barrages biélorusses, qui ne devraient qu’aggraver les problèmes des Ukrainiens. Les soldats en première ligne ont pire. Ils sont coincés dans la boue depuis des jours. Ils savent qu’ils ne quitteront pas les tranchées de sitôt. Ils attendent donc le printemps.

Nous atteignons Dnipro. La ville est échevelée, mais à première vue il n’y a aucun signe de guerre et de troubles. Seuls les monuments en sacs de sable, les soldats armés et les barrières en béton signalent que les choses ne sont pas normales. La sirène hurle à nouveau, mais les sirènes hurlent ici tous les jours. Cela semble avoir cessé d’affecter les habitants, mais ils doivent lutter chaque jour pour la normalité. Ils sortent prendre un café avec des amis, essaient de rire, font du shopping et se lèvent pour aller travailler.

La ville est devenue un foyer temporaire pour plusieurs centaines de milliers de personnes, qui ont regardé l’apocalypse depuis le sous-sol de leurs villages et villes de première ligne. Finalement, ils ont été persuadés d’évacuer. Il n’est plus possible d’y vivre. Il n’y a plus que des combats là-bas maintenant.

Nous continuons vers Zaporozhye. Le maire de la ville nous attend. Il veut nous dire comment aider, et comment il vaut mieux ne pas le faire. Plusieurs dizaines de kilomètres nous séparent du front. De temps en temps, nous entendons le grondement de l’artillerie ukrainienne. Ils connaissent déjà bien la Bonne Fabrique ici. Ils savent que si nécessaire, nous irons n’importe où. Ils disent que les gens comptent pour nous, pas les chiffres. Ils ont entendu cela plusieurs fois. Ils sont enfin convaincus.

« Le fait que vous soyez arrivé ici est héroïque. Merci de ne pas nous laisser nous sentir seuls », déclare le maire de Zaporozhye. Passons aux détails.

– Il faut rapidement reconstruire ce qui a été détruit.

– C’est pas trop tôt pour ça ?

– Il ne s’agit pas de briques, de fenêtres et d’un toit au-dessus de votre tête. Les gens ont besoin de voir les bétonnières au lieu des ruines. Sinon, ils perdront confiance en notre force. »

Le front est différent de Dnipro et de Zaporizhzhya en ce sens que vous avez peur d’admettre que vous êtes toujours en vie, alors qu’ici vous devez vivre de manière à ce que personne ne vous intimide avec la mort.

Aide urgente nécessaire

Sauvez la pharmacie pour les plus démunis au Togo

Cette somme permettra d'équiper les étagères de la pharmacie pour la première moitié de l'année. Ania et Mateusz s'occuperont de cela, et ils voleront au Togo en février pour remplir les étagères avec les antibiotiques, les antipaludéens et les analgésiques les plus essentiels. La pharmacie de Saoudé a des vies à sauver. Elle ne peut réussir sans votre soutien.

en savoir plus

Nous avons déjà:
2 032 EUR
Nous avons besoin de :
6 667 EUR