Famine en Mauritanie. Nous venons au secours des enfants !

Ne laissez pas un autre enfant mourir de faim

Au centre de nutrition de Kaédi, pour la première fois depuis longtemps, un bébé de plusieurs mois n'a pu être sauvé. La petite Mariam nous a été confiée trop tard. Le nombre d'enfants affamés ne cesse d'augmenter ! Nourrissez un enfant affamé avec nous !

en savoir plus

Nous avons déjà:
10 365 PLN
Nous avons besoin de :
10 000 PLN

Nous avons encore besoin d'anges gardiens. Nous avons besoin de vous !!!

Liban

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été exacerbée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les citoyens éduqués fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage, les coupures d’électricité et les pénuries de carburant.

Infos clés:
  • Depuis le début de la crise, la livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 400 % entre janvier et décembre 2020.
  • Le PIB a baissé de 20,3% (2020)
  • 78% de la population libanaise (3 millions de personnes) vit dans la pauvreté. L’extrême pauvreté a touché 36% de Libanais (1,38 million)
  • il y a une pénurie nationale de médicaments essentiels
  • les coupures prolongées d’électricité et la pénurie de carburant (jusqu’à 20 heures par jour) paralysent la vie quotidienne des Libanais
Nous fournissons des médicaments, de la nourriture et des produits d'hygiène et d'assainissement de base à

260

malades chroniques et démunis

13.12.2021

« J’ai réglé le réveil à une heure du matin pour allumer la lessive. Je me réveille et vérifie s’il y a de l’électricité. Si c’est le cas, j’allume le cycle le plus court avant que les lumières ne s’éteignent à nouveau », explique Agnieszka, une Polonaise vivant au Liban depuis plus de 20 ans. « Nous avons de l’électricité pendant une heure la nuit et une heure le jour. Il devient de plus en plus difficile d’accepter à quel point les décisions des politiciens ruinent la vie du peuple libanais. Trois mois se sont écoulés depuis notre dernière visite. Beaucoup de choses ont changé entre-temps. Les médicaments sont devenus 10 fois plus chers au cours des quatre dernières semaines seulement.

Nous rencontrons le Dr Elias, dentiste, au deuxième étage d’un immeuble sur une place animée d’Ajaltoun. Situé sur une haute colline, le village peut être considéré comme une banlieue de Beyrouth, car bien que les deux soient distants de 30 kilomètres, la capitale peut être vue d’ici d’un coup d’œil. Le Dr Elias nous accueille à la porte d’un appartement vide, qui est le siège d’Aventure de la Charité. Cette petite association, fondée par lui il y a vingt ans, s’occupe des malades. Habituellement, l’espace est rempli de boîtes de médicaments, de produits d’hygiène, de fauteuils roulants et de concentrateurs d’oxygène, dont l’organisation a acheté 17 au début de la pandémie. Aujourd’hui, il est vide, ce qui signifie que le matériel est déplacé et utilisé dans les appartements des patients.

« Bientôt, nous visiterons Zoia », dit le Dr Elias. « Je lui ai dit que tu venais. Elle a hâte de te voir ! Les patients du Dr Elias Harouni forment une grande famille. Ils ne le traitent pas comme un médecin, mais plutôt comme un père, un ange gardien.

Les étagères de la deuxième pièce sont remplies de médicaments. C’est obtenir le bon médicament pour ses patients qui prend la plupart du temps du médecin. Les pharmacies sont vides. Pour chacun de ses patients, qui sont plus de 260, Elias emballe des médicaments dans des sachets cadeaux. Il examine attentivement tout ce qu’il y met afin qu’il n’y ait pas de prix sur l’emballage et que personne ne se sente gêné et refuse le cadeau.

Nous roulons jusqu’à l’appartement de Zoya. Elle se jette dans nos bras et ne peut retenir ses larmes. En plus des médicaments, nous lui donnons un paquet d’épicerie et un bon de carburant. Le manque d’électricité signifie que vous devez produire votre propre énergie pour l’hiver. Dans le cas des Libanais les plus pauvres, il ne s’agit même pas d’allumer la machine à laver au milieu de la nuit, mais de survivre à l’hiver et de préparer les repas. Le Liban est en ruines, car c’est la seule façon de décrire un pays où plus rien ne fonctionne comme il se doit. Le nuage de smog des générateurs diesel s’élevant au-dessus de la ville est un symbole du fait que l’espoir n’est pas encore éteint, que les gens prennent les choses en main et, avec l’aide des anges gardiens, se battent pour eux-mêmes et leur pays jusqu’à la fin.

Nous serons au Liban quelques jours avant Noël pour aider le Dr Elias à préparer les colis de Noël et passer du temps avec eux. Nous avons encore besoin d’anges gardiens, vous !!! Rejoignez-nous aujourd’hui et aidez à remplir les sacs-cadeaux de médicaments vitaux.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->