Aide urgente

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

En mars, un gigantesque incendie dans le camp et maintenant des inondations provoquées par des moussons de plus en plus destructrices ont laissé des parties du camp sous l'eau. Joignez-vous à la collecte de fonds et aidez les personnes qui ont encore une fois tout perdu dans leur vie ! L'eau monte encore !

en savoir plus

Nous avons déjà:
14 501 PLN
Nous avons besoin de :
20 000 PLN

Mission Grèce

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque semaine, nous servons plus de

2 000

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

05.10.2020

Hier, les gars de La Bonne Fabrique – Mateusz et Jarek – sont partis pour leur premier voyage après une longue pause causée par la pandémie. Ils sont allés à Lesbos pour distribuer des imperméables et des vêtements chauds que nous avons achetés aux réfugiés grâce à vous ! Avant que le temps ne change radicalement, il fera froid et pluvieux, nous voulons habiller les gens qui sont restés sans rien après l’incendie du camp de Moria.

Dans la nouvelle réalité du Covid-19, des taches apparemment faciles telles que voler vers une ile grecque et y transporter une palette de marchandises, sont en termes de difficultés d’organisation et de prise de risque, comparable à une mission sur Mars. Les tests, la possibilité de tomber malade, les restrictions à la circulation et au transport des marchandises changeant de jour en jour dans différents pays ont rendu encore plus difficile ce que nous faisons depuis plusieurs années.

Mais il n’y a pas besoin de parler – il y a un besoin – il faut de l’action ! Une dizaine de milliers de personnes entassées dans des tentes, vouées à des conditions très difficiles et privées de toute perspective d’avenir, ont besoin de nous ! Nous retroussons nos manches et agissons.

Croisez les doigts pour cette mission et le retour en toute sécurité des garçons à la maison !