Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
28 430 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Merci pour l’oxygène !

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

25 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

8 000

patients atteints de paludisme
En 2020 nos sage-femmes ont assisté à environ

1029

accouchements

01.11.2020

Sans oxygène, la petite fille nommée Merveille serait morte. Dans les moments les plus difficiles, elle peut respirer grâce à vous. Elle a été sauvée par la grande équipe à Ntamugenga et votre soutien continu. Sœur Agnieszka écrit directement du Congo :

« Quand Merveille est arrivée à notre unité pédiatrique, nous pensions que sa maladie était le début de la fin. Le cœur de la fille battait comme un fou, sa poitrine se soulevant et s’abaissant à la hâte, pompant l’air qui manquait encore. La saturation fluctuait autour de 70.

Auparavant, notre petite patiente avait essayé d’être traité par des personnes qui ne faisaient pas la distinction entre les maladies cardiaques et les infections respiratoires. Après avoir eu la tuberculose, plusieurs pneumonies et bronchites, elle est finalement venue chez nous.

Du fait que nous améliorons constamment les compétences de notre équipe, les médecins ont immédiatement élargi le champ de leur recherche. Finalement, ils se sont concentrés sur le cœur. Ils sont en contact permanent avec un cardiologue pédiatrique en France qui leur a donné des instructions complémentaires. Il a proposé un traitement spécifique et une oxygénothérapie.

Les agrégats ont travaillé en continu pendant 6 mois. C’est notre dossier hospitalier ! Les changements d’huile et de filtre, les réparations constantes ressemblaient à un service de Formule 1 dans une course. Willy, notre électricien, veillait sur la machine qui maintenait Merveille en vie jour et nuit. Aucun échec ne pouvait nous surprendre. Pendant six mois chaque nuit, les générateurs ont dû être commutés deux fois et ravitaillés en carburant.

Bien sûr, l’oxygénothérapie était utilisée par de nombreux autres patients, parfois quatre à la fois. Mais c’est Merveille qui a eu besoin d’oxygène sans arrêt pendant tous ces mois.

Depuis le début du mois d’octobre, son état s’est tellement amélioré que nous la déconnectons pour des moments de plus en plus longs. Puis elle se promène dans l’hôpital, s’approche des autres patients, visite le jardin, connaît tout le monde par leur prénom. Notre petite étoile rentre bientôt à la maison. Elle sera sous soins cardiologiques constants. Le sourire ne quitte pas son visage.

Il n’y a pas de mots pour vous remercier pour votre aide à notre hôpital au milieu de la brousse congolaise. Ce n’est que grâce à vous que nous avons pu sauver la fille et amener son cœur au point de fonctionner correctement.

Jamais dans l’histoire de notre hôpital aucun patient n’a payé pour l’oxygénothérapie. Ntamugenga est à cet égard le seul endroit de ce genre dans toute la province du Nord-Kivu. Nos patients vous le doivent.

Nous venons de commencer l’installation de panneaux solaires et de batteries, qui ont également été achetés grâce à vous. Il s’agit d’une étape importante pour assurer la sécurité des patients. Nos électriciens, dont les nuits ont été soufflées depuis six mois, dormiront maintenant paisiblement. Non plus nous aurons à rouler constamment avec des bidons de carburant sur plusieurs kilomètres sur une route qui s’affaisse et qui souvent est impraticable durant les pluies. Vous avez fait disparaître les problèmes dans cet endroit du monde où ils ne manquent plus jamais.

Nous vous demandons beaucoup, mais, n’oubliez pas Ntamugenga, nos petits patients de l’hôpital et du centre d’alimentation. Ils n’ont personne à part vous. C’est vous, avec votre soutien constant, qui les aidez à sortir des situations les plus difficiles et les plus désespérées.

Une heure de respiration coûte 10 PLN. Montant que nos patients ne peuvent généralement pas se permettre.