Une crise comme le monde n’en a jamais connu. Le peuple libanais lutte pour sa survie.

Liban

Intensifiée depuis octobre 2019, la crise politique et économique conduit le Liban au bord de la faillite. La situation tragique a été exacerbée par une gigantesque explosion de produits chimiques stockés dans le port de Beyrouth. La classe moyenne a pratiquement cessé d’exister. Les citoyens éduqués fuient l’hyperinflation, la hausse du chômage, les coupures d’électricité et les pénuries de carburant.

Infos clés:
  • Depuis le début de la crise, la livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 400 % entre janvier et décembre 2020.
  • Le PIB a baissé de 20,3% (2020)
  • 78% de la population libanaise (3 millions de personnes) vit dans la pauvreté. L’extrême pauvreté a touché 36% de Libanais (1,38 million)
  • il y a une pénurie nationale de médicaments essentiels
  • les coupures prolongées d’électricité et la pénurie de carburant (jusqu’à 20 heures par jour) paralysent la vie quotidienne des Libanais
Nous fournissons des médicaments, de la nourriture et des produits d'hygiène et d'assainissement de base à

250

malades chroniques et démunis

24.09.2023

« Nous fabriquons des cercueils. De taille universelle. Basiques, mais respectables », explique Walid. « Connaissez-vous une autre fondation qui finance les funérailles ? C’est le genre de fondation que je dirige, car les Libanais n’en ont même plus les moyens. »

Nous traversons Beyrouth la nuit. C’est sombre. C’est ainsi que nous avons traversé Kiev lors des raids aériens. Une jungle de béton. Rien n’était éclairé. Les bâtiments apparaissaient et disparaissaient au gré du passage des voitures. Les jeux des ombres, le bruit des rues. Beyrouth disparaît lentement, sans alarmes à la bombe, sans bruit de roquettes ni explosions assourdissantes. Le pays est en faillite. Personne ne se fait d’illusions sur le fait qu’il va encore se relever.

« Expliquez-moi pourquoi le Liban ne s’est pas encore effondré. Tout fonctionne d’une manière ou d’une autre. Les gens vont travailler, de nombreux magasins et restaurants sont encore ouverts.

Tout cela grâce à ceux qui ont quitté le Liban il y a longtemps et envoient de l’argent à leurs proches pour les besoins les plus élémentaires. Ceux qui n’ont pas de famille à l’étranger, vous ne les verrez pas dans la rue. Ils n’ont pas les moyens de se chauffer, d’acheter du mazout pour les générateurs, ni même les mayens pour se nourrir. Les médicaments et l’éducation des enfants sont devenus un luxe inaccessible. Croyez-moi, plus rien ne fonctionne ici. »

Il y a quelques semaines, un proche d’un de nos amis s’est retrouvé hospitalisé dans le nord du pays. Il n’avait pas d’assurance parce que pratiquement personne n’en a ici. Dans de telles situations, les médecins ne s’adressent au patient que lorsqu’il retire de l’argent. Malheureusement, il ne l’avait pas. Il est décédé avant d’entrer à l’urgence locale.

Cette année scolaire, les frais de scolarité doivent être payés en dollars. L’éducation est soudainement devenue inabordable. 1 500 dollars américains pour les frais de scolarité d’un enfant avec un revenu mensuel inférieur à 200 dollars américains est un montant faramineux.

Maintenant les chiffres. Avant la crise de 2019, un dollar équivalait à 1 500 livres libanaises. Il y a un an, c’était à 30 000. Aujourd’hui, il est à 89 000. Aujourd’hui, les Libanais aux revenus moyens vivent au seuil de la pauvreté. En dessous se trouvent 80 % des habitants de ce seul pays chrétien du Moyen-Orient.

« Comment le Liban peut-il être sauvé ? Si les chrétiens d’autres pays voulaient soutenir les familles libanaises, mais directement, cela pourrait fonctionner. Cela ne réussira jamais grâce à un gouvernement corrompu et à des organisations ecclésiales tout aussi serviles », déclare notre personne interrogée. On peut entendre l’amertume et l’impuissance dans sa voix. Comme tous les Libanais, il a perdu toutes ses économies lorsque, au plus fort de la crise, les banques libanaises ont déclaré à leurs clients que l’argent déposé dans les banques ne serait plus jamais revu.

« Chaque réfugié syrien dans le pays, et nous en avons déjà plus de deux millions et demi, reçoit 100 dollars par mois. Les organisations humanitaires sont là pour eux. Personne ne s’intéresse à notre situation. Les chrétiens du Liban ne peuvent pas s’en sortir sans aide » dit Rita.

Dans les prochains jours, nous vous présenterons les histoires de personnes très spécifiques et notre fervent appel pour que vous les preniez en charge en les partageant ne serait-ce qu’un peu. Tout ce que vous pouvez vous permettre. Il s’agit principalement de personnes âgées souffrant de maladies graves et chroniques, pour qui la crise économique les prive de leur dignité et de la possibilité de se soigner. Oui, il y a une crise ici aussi. Nous aimerions tous que les choses s’améliorent. Mais les Libanais sont victimes d’un effondrement économique sans précédent dans le monde depuis le XIXe siècle. Ils ne veulent pas simplement une meilleure situation. Ils luttent pour survivre, même si, jusqu’à récemment, ils vivaient à un niveau très similaire au nôtre.

Si vous pouvez aider aujourd’hui, visitez Bienfaisance24 notre boutique en ligne et nourrissez ceux qui ont faim avec nous.

Aide urgente nécessaire

Sauvez la pharmacie pour les plus démunis au Togo

Cette somme permettra d'équiper les étagères de la pharmacie pour la première moitié de l'année. Ania et Mateusz s'occuperont de cela, et ils voleront au Togo en février pour remplir les étagères avec les antibiotiques, les antipaludéens et les analgésiques les plus essentiels. La pharmacie de Saoudé a des vies à sauver. Elle ne peut réussir sans votre soutien.

en savoir plus

Nous avons déjà:
2 032 EUR
Nous avons besoin de :
6 667 EUR