Rejoignez-nous !

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 2200 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque jour, nous servons plus de

850

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

07.02.2022

Des centaines de manifestants sont descendus dans les rues d’Athènes hier pour montrer leur opposition aux refoulements et à la violence aux frontières grecques qui ont entraîné la mort de 19 migrants la semaine dernière. En revanche, il y a quelques semaines, des habitants des îles grecques ont bloqué le déchargement d’un ferry transportant des matériaux pour construire un autre camp de réfugiés. Ils ne veulent pas que leur maison devienne une « prison des âmes », une prison nichée dans une partie inaccessible de l’île pour des personnes dont personne ne veut. La tension sur les îles monte à nouveau.

Dans le même temps, une jeune mère, Rahimi, ne comprend toujours pas ce qui se passe autour d’elle au Camp Moria 2.0. Ses enfants sont encore trop jeunes pour se poser des questions. Le plus jeune est né il y a quelques mois. Et c’est une bonne chose qu’ils ne demandent pas, car la jeune maman ne sait toujours pas ce qu’elle doit leur dire. Comment peut-elle expliquer à son enfant qu’en essayant de la sauver, elle est tombée dans le piège de l’esclavage dans une Europe qui chérit l’idée de liberté comme une pierre précieuse ? – « On n’est pas d’ici, je sais, mais on n’est plus de là-bas non plus. Personne ne veut de nous là-bas, tout ce qui nous appartenait a été détruit. Si nous revenons, nous mourrons aussi », dit Rahimi avec horreur. Ses enfants ne connaissent pas la vie à l’extérieur du camp entouré d’une haute clôture et de barbelés. Mis à part le fait qu’ils sont nés dans un tel endroit, pas ailleurs dans le monde, ils n’ont rien fait de mal à regarder l’avenir à travers les barreaux. Nous ne pouvons pas non plus leur expliquer. Ce que nous pouvons faire, et ce que nous devons faire, c’est les nourrir, les renforcer et veiller à ce que l’espoir ne s’éteigne pas.

Nous ne résoudrons pas tous les problèmes des personnes qui se retrouvent dans ce piège, fuyant le danger dans leur pays d’origine, mais nous pouvons au moins gagner du temps, qui peut être décisif pour eux pour résoudre ces problèmes. Nous pouvons avoir des opinions et des points de vue différents sur la politique migratoire de l’Europe, mais pas sur l’opportunité de nourrir un enfant affamé. C’est notre devoir. C’est pourquoi, depuis trois ans, nous leur tendons la main avec un repas chaud ou avec ce dont ils ont le plus besoin. Rejoignez-nous !

Nous créons un foyer sûr pour les enfants solitaires de Zhytomyr

Aide pour Lwiątko

Des bombes sont tombées à Zhytomyr. 55 enfants et membres du personnel ont trouvé refuge à l’école maternelle de Lwiątko, dans l'est de l'Ukraine. L'établissement vivait au jour le jour. Ouvrons ensemble une nouvelle fabrique de bien ici ! Construisons-leur un FOYER sûr, où ils ne seront privés de rien !

en savoir plus

Nous avons déjà:
6 620 EUR
Nous avons besoin de :
6 667 EUR
<-- ActiveCampaign Monitor Code -->