Des milliers de réfugiés ont dû fuir à nouveau

Moria a brûlé. Nous sauvons les habitants du camp en Grèce !

Un énorme incendie qui a éclaté dans la nuit du 8 au 9 septembre à complètement détruit le plus grand camp de réfugiés d'Europe. Nourrissons ces enfants qui sont restés sans abri cette nuit-là, qui ont vu les flammes et ont dû fuir à nouveau !

en savoir plus

Nous avons déjà:
67 495 PLN

Nous changeons le fonctionnement du jardin à Gourcy

Burkina Faso

Selon l’ONU, il s’agit de l’un des pays les moins développés du monde. Son indice de développement humain (IDH) étant de 0,4 seulement, le Burkina Faso est classé 185e sur la liste de 188e pays.

Infos clés:
  • 43,7% de la population vit avec moins de 1,90 dollar par jour ;
  • l’indice d’alphabétisation des jeunes Burkinabés est de 52,5% et représente l’un des pires scores à l’échelle mondiale ;
  • seulement 37,7% des Burkinabés âgés de plus de 15 ans savent lire et écrire ;
  • 80% de la population professionnellement active travaille dans le secteur agricole.
Notre projet est destiné à

40 familles

paysannes du village de Gourcy
Nous initions

18

villageoises au métier de tailleur

31.07.2020

Dans le petit village de Gourcy au nord du Burkina Faso, la Bonne Fabrique lutte contre les effets du changement climatique. C’est l’un des pays les plus pauvres du monde. 44% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins de 5 PLN par jour. Le changement climatique et les sécheresses prolongées sont désastreux pour les petites exploitations. Chaque année, plusieurs centaines de milliers de personnes, même si elles souhaitent rester chez elles, décident d’émigrer. En leur donnant de la terre et de l’eau, nous leur donnons du travail, nous redonnons l’espoir, nous donnons du sens, nous nourrissons, nous enseignons – nous changeons simplement les histoires des gens.

Nous avons créé une coopérative agricole, financé un moulin et un jardin, nous creusons des puits et nous verdissons un morceau du désert. Nous nous battons pour que personne ne manque d’eau dans ces conditions difficiles, presque désertiques.

Des travaux intensifs sont actuellement en cours. Nous plantons des arbres fruitiers, des légumes, y compris beaucoup d’oignons. Nous utilisons l’eau de la pluie pour cultiver des légumes de première qualité que nous récolterons dans en un peu plus d’un mois.

Nos plans dans un futur proche incluent la construction d’un grenier et d’un bâtiment de ferme où nous pouvons stocker les outils en toute sécurité. Nous allons également changer complètement le fonctionnement du jardin. Jusqu’à présent, nous avons utilisé des parcelles irriguées et préparées pour la culture pour les familles les plus pauvres. Ils s’occupaient eux-mêmes de la culture et de la recherche d’un marché. Maintenant, nous voulons embaucher tout le monde dans le jardin, en leur donnant toujours la possibilité de cultiver des légumes pour leurs propres besoins, mais nous chercherons nous-mêmes des débouchés.

La qualité de nos récoltes a été appréciée par les marchands de la capitale, les franciscains et par la congrégation des Fils de la Divine Providence de Ouagadougou. Grâce à une telle vente en gros, personne n’aura à s’inquiéter s’il pourra recouvrir les frais de plusieurs semaines de travail avec la vente des fruits.

Aujourd’hui, avec le reportage photographique des travaux dans le jardin, nous avons reçu beaucoup de mots de remerciements et de salutations. Ces mots vous sont adressés. En partageant ce que vous avez avec les plus pauvres de Gourcy, vous donnez vie et enthousiasme au travail dans ce petit village. On espère que le climat n’empêchera pas si facilement la possibilité de cultiver la terre à ceux qui y ont travaillé toute leur vie. Seulement grâce à vous, il est redevenu vert !