Des dizaines de personnes nécessitent des soins médicaux urgents

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

21 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

7 000

patients atteints de paludisme
En 2021 nos sage-femmes ont assisté à environ

1032

accouchements

29.10.2022

« Je ne peux pas imaginer cette guerre si vous n’étiez pas là », dit Sœur Agnieszka. « On entend tout le temps l’artillerie lourde. Maintenant un peu plus loin. C’est plus calme à Ntamugenga. Les gens comptent les pertes et cherchent de la nourriture. Nous sommes toujours coupés du monde. Sans le stock de médicaments contre le paludisme, d’analgésiques et d’antibiotiques que j’ai toujours grâce à vous, des gens mourraient sous nos yeux. »

Vous n’apprendrez pratiquement rien sur la guerre au Nord-Kivu par les médias. Il n’y a pas de correspondants de guerre ici car la situation est imprévisible. Il est facile de perdre la vie, et la vie a très peu de valeur ici. Personne ne s’aventure ici. On peut compter sur les doigts d’une main les étrangers qui ont décidé de rester dans toute la région.

La rébellion se déplace vers le sud en capturant plus de villages. Elle se rapproche de plus en plus de Goma, la capitale provinciale. Il n’y a nulle part où courir. Toutes les routes principales sont contrôlées par la M23.

Olivier, notre infirmier, soigne les blessés. Dans des conditions de terrain, il retire des fragments de balle. Ils se sont blessés car ils ne parvenaient pas à se mettre à couvert.

« J’ai reçu des bananes hier. Je les distribue aux enfants pour que tout le monde en mange au moins un morceau. Pour l’instant, il n’y a aucune perspective de réapprovisionnement alimentaire. Nous nous débrouillons du mieux que nous pouvons », déclare Sr Agnieszka.

Depuis près d’une semaine, le village de Ntamugenga et tout le Nord-Kivu sont le théâtre de violents affrontements entre l’armée et la rébellion du M23. Dimanche, la ligne de front était juste au niveau du village où les Sœurs des Anges ont leur mission. Au cours de la bataille de trois jours, de nombreuses personnes ont été tuées et blessées. Il est encore difficile de dire combien, car personne n’ose s’aventurer au plus profond du village. Près de 5 000 civils sont coupés du monde. Des dizaines de personnes ont besoin de soins médicaux urgents.

Une levée de fonds est en cours sur la page d’accueil de notre fondation. Nous arriverons sur le site avec l’aide humanitaire dès que possible.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->