Les résidents du camp ont besoin d’aide

Nous nourrissons les réfugiés à Lesbos !

Les résidents du Camp Moria 2.0 sont confrontés quotidiennement à d'énormes problèmes, mais ceux-ci ne peuvent être résolus s'ils ne soulagent pas d'abord leur faim. Chaque repas que vous achetez augmentera notre capacité. Notre rêve est de pouvoir livrer des repas à tout le monde chaque jour.

en savoir plus

Nous avons déjà:
37 462 PLN
Nous avons besoin de :
38 000 PLN

Des dizaines de tentes de camp ont été inondées d'eau

Grèce

En 2015, 856 000 personnes sont passées par les îles grecques, et en 2017 et 2018 seulement un peu moins de 30 000 personnes (selon le HCR).  Mais 2019 a déjà enregistré une croissance de plus de 60 000 nouveaux arrivants.  Aujourd’hui, les bateaux arrivant sur les plages grecques sont de retour, et la pratique montre que quelqu’un peut rester coincé à Lesvos pendant plusieurs années.  Nikos et Katerina dirigent un petit restaurant sur l’île, où chaque réfugié peut se sentir chez lui et manger un repas gratuitement.

Infos clés:
  • Le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos compte actuellement environ 7 000 habitants.
  • 2 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 10 ans
  • Depuis début 2015, presque 1 000 000 de migrants sont passés par différentes îles grecques pour arriver ensuite en Europe continentale
Chaque jour, nous servons plus de

800

repas
Nous distribuons

des repas et des produits de premiers soins

aux plus nécessiteux, incluant les enfants, les femmes enceintes et les malades

15.10.2020

Voyez à quoi ressemblait le camp après la deuxième très courte pluie mais intense.

Beaucoup de pluies tomberont ici dans les semaines à venir. Ce n’est que le début d’un hiver froid, venteux et pluvieux. Les médias font état de projets de construction d’un nouveau camp. Celui construit cinq jours après les premières pluies était sous l’eau. Cependant, personne sur l’île ne croit aux plans et aux promesses, car il y en a eu beaucoup au cours des cinq dernières années. Aucun des scénarios supposant une amélioration de la situation des habitants du camp n’a été réalisé. De la même manière chaque année avec une coulée d’eau et de boue dans les oliveraies autour de Moria, séjourné des milliers de familles qui n’ont pas accès dans le camp. Aujourd’hui, tout le monde est condamné à des conditions qui portent atteinte à la dignité humaine.

– Je ne veux rien manger. Regardez. Je n’ai même pas de quoi m’asseoir. Tout était inondé d’eau. Tu ne peux pas m’aider aujourd’hui. Personne ne peut – dit la femme en grossesse avancée. Elle est brisée. Chaque jour, nous avons livré des repas dans sa tente, elle a reçu des vêtements chauds et un manteau de notre part, aujourd’hui elle ne peut même pas nous parler.

Des dizaines de tentes inondées d’eau. Les hommes creusent des rainures autour des tentes pour drainer l’eau. Certains ont réussi à se procurer une pelle, mais la plupart travaillent à mains nues. Les tentes au-dessus n’avaient aucun problème avec l’eau. Leurs habitants combattaient le vent pendant la tempête.

Hasibullah est originaire d’Afghanistan. Comme d’habitude, il nous accueille avec un calme stoïque. Il sait bien que les émotions ne changeront rien à sa situation. Il y a un mois, sa femme a disparu lors de l’incendie de la Moria. Il est resté seul avec trois jeunes enfants. Pendant des semaines, il a cherché sans succès leur mère. Il accepte notre aide très volontiers, car à cause de l’inondation, il n’a même pas eu le temps de penser à préparer la nourriture pour les enfants. Il nous remercie de l’avoir contacté. La plus jeune fille, Armghan, s’est endormie dans ses bras. Il ne peut rien faire. Il ne sait pas où il mettra les enfants aujourd’hui.

Nous sommes dans le camp depuis deux semaines, mais ce n’est qu’aujourd’hui que nous pouvons voir à quel point ces personnes sont désespérées. Connaissant bien la situation dans le camp du Bangladesh, il nous est difficile de croire que maintenant nous ne sommes pas là, mais en Europe.

Vos imperméables, bottes imperméables, vestes chaudes et pantalons sont arrivés en Grèce à temps. 1,5 tonne de vêtements neufs et de bonne qualité en quelques jours, ainsi que des milliers de portions de repas chauds, que nous distribuerons ici cette semaine, nous répondrons aux premiers besoins des habitants du camp. Cependant, il est difficile d’imaginer comment les humains survivront cet hiver si rien ne change sur l’île. C’est pourquoi nous publions ces photos et nous vous demandons de ne pas être indifférent et de parler de Lesbos, de partager du contenu et de revenir ici pour s’engager dans plus d’actions pour les personnes qui ont encore plus d’ennemis que d’amis.

<-- ActiveCampaign Monitor Code -->