Plus de problèmes sur Lesbos!

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

Nous répondons à une vague de demandes d'asile rejetées. Nous voulons aider les habitants de Moria 2.0 dans leurs efforts pour obtenir le droit à un abri sûr, car pour de nombreuses familles sans défense, l'expulsion est une condamnation à mort.

en savoir plus

Nous avons déjà:
43 143 PLN
Nous avons besoin de :
73 000 PLN

Aidons à en creuser un de plus

Burkina Faso

Selon l’ONU, il s’agit de l’un des pays les moins développés du monde. Son indice de développement humain (IDH) étant de 0,4 seulement, le Burkina Faso est classé 185e sur la liste de 188e pays.

Infos clés:
  • 43,7% de la population vit avec moins de 1,90 dollar par jour ;
  • l’indice d’alphabétisation des jeunes Burkinabés est de 52,5% et représente l’un des pires scores à l’échelle mondiale ;
  • seulement 37,7% des Burkinabés âgés de plus de 15 ans savent lire et écrire ;
  • 80% de la population professionnellement active travaille dans le secteur agricole.
Notre projet est destiné à

40 familles

paysannes du village de Gourcy
Nous initions

32

villageoises au métier de tailleur

18.06.2021

Gourcy prospère grâce à ses jardins

Le village de Gourcy au nord du pays se développe depuis plusieurs années sous le patronage de La Bonne Fabrique. Le développement est un euphémisme ! Depuis que nous avons décidé qu’une véritable forme d’aide pour les habitants de ces zones presque désertes serait non seulement un soutien financier, mais aussi l’apprentissage à l’entrepreneuriat,Gourcy a commencé à vibrer de vie.

Tout d’abord. En 2016, La Bonne Fabrique a financé des machines agricoles et la construction d’un moulin pour le village. Nous avons décroché le jackpot – l’intérêt pour le moulin était énorme. Auparavant, personne ne s’attendait à ce que la principale préoccupation du meunier soit de prendre un jour de congé par mois. Grâce au moulin, la vie à Gourcy n’est plus ce qu’elle était. Les familles de notre projet n’ont pas à acheter de farine, de plus, elles peuvent la vendre elles-mêmes, réparant ainsi le budget de leur maison. En Zambie, le Nshima, au Burkina Faso – Tô, est de la farine de maïs cuite à l’eau, l’aliment de base de l’alimentation africaine. La purée épaisse cuite est servie avec du gombo, du baobab, de la tomate, du soumbala, du concombre, des haricots ou des sauces locales aux épinards. Les familles de notre projet ont déjà l’esprit tranquille, ils mettent de la farine de leur propre grain dans les pots. Premier rêve réalisé !

Afin d’avoir quelque chose à moudre, pas seulement pour leurs propres besoins, la Bonne Fabrique a acheté des graines de sésame, beaucoup de graines de sésame que les familles du projet ont semées dans leurs champs. Nous avons également acheté des animaux, pour les premières familles, nous leur avons donné du grain et des outils pour cultiver des jardins familiaux. Chacune des fermes données savait que le principe du projet était très simple : aujourd’hui, ils reçoivent quelque chose gratuitement, ils doivent en prendre soin et le multiplier, pour le partager avec d’autres familles au bout d’un an. Les habitants, autrefois désespérés à la recherche d’un travail, ont désormais les mains pleines. Nous avons déjà plus de 60 familles dans le projet !

Ce sont des personnes pour qui la vie est devenue la plus compliquée, pour qui il est difficile de boucler leur budget mensuel, qui font face à des décisions dramatiques : payer un repas ou l’école d’un enfant, rester à la campagne ou s’enfuir. 

Gourcy dispose également de nombreuses salles de couture

Pour les femmes qui, pour des raisons de santé, ne pouvaient pas exercer de travail sur le terrain, nous avons fondé un atelier de couture. Elles se forment sous la supervision d’un maître tailleur de la capitale de Ouagadougou, qui, invité par nous, a accepté d’animer des cours de couture trois fois par semaine. Le cursus de trois ans se termine par un examen et un diplôme, grâce auxquels les diplômés peuvent animer leurs propres ateliers de couture.

Il y a trois ans, nous avons fait un pas de plus. En réponse au problème du changement climatique, du raccourcissement de la saison des pluies d’année en année et de la désertification de la région de Gourcy, nous avons financé un jardin. Un total de 3 hectares. Nous avons creusé huit puits, dont deux submersibles, à partir desquels des pompes solaires dirigent l’eau vers un système d’irrigation professionnel qui minimise la perte d’eau, qui dans cette partie du monde est plus précieuse que l’or.

Aide à plus de 60 familles

Ce que la Bonne Fabrique fait actuellement pour plus de 60 familles impliquées dans le projet, ce n’est pas seulement distribuer des kits de démarrage sous forme de céréales et d’animaux, construire des fermes et couvrir les frais des visites vétérinaires. C’est aussi l’organisation d’importants « commerces » pour le village, grâce auxquels de nouveaux produits sont introduits sur le marché local, les habitants enrichissent leur alimentation, mais aussi développent le commerce petit à petit. De plus, les fonds obtenus par eux dans le moulin, la salle de couture et le potager alimentent la trésorerie, dont ils pourront tirer d’autres bénéfices, en sollicitant des micro-crédits pour un développement très spécifique de leurs exploitations. La communauté locale qui fonctionne de cette manière tire d’autres bénéfices grâce à sa propre ingéniosité.

La situation économique du Burkina Faso est dans un état déplorable. Les réfugiés qui décident de traverser le Sahara sont régulièrement détenus au large des côtes espagnoles. Il y a quelques semaines, des photos d’enfants de plusieurs mois sortis de la mer ont fait le tour du monde. Ces familles se lancent dans un voyage mortel non pas pour mieux vivre, mais pour survivre en général. Les chances de développement et de meilleure existence des habitants du village sont sévèrement limitées par le climat et les sécheresses persistantes. Ces derniers mois, la température diurne a fluctué autour de 50 degrés Celsius. Ce n’est pas un lieu de vie convivial, mais pour les habitants de Gourcy c’est une maison, une tradition, une terre transmise par un arrière-grand-père. Ils ne veulent pas du tout partir d’ici. Grâce à la Bonne Fabrique, ils n’ont pas à le faire.

Le rêve d’Aristide

Le projet marche, le bien arrive, dont Aristide est un excellent exemple. Le garçon, abandonné par ses parents qui ont décidé qu’ils voulaient se compliquer de plus en plus la vie, s’est retrouvé aux soins de ses grands-parents. Pour que le jeune homme ambitieux ne suive pas les traces des anciens, il recevrait des animaux et des céréales de la Bonne Fabrique. Pendant des années, il a travaillé dans une ferme, consacrant chaque moment libre à des livres et à l’argent gagné en investissant dans l’éducation. L’année dernière, il a passé son bac avec mention et a réalisé son plus grand rêve en entrant à la faculté de médecine de Ouagadougou. Le garçon a aussi un grand rêve, qui, pour ne rien déformer, nous vous citerons simplement :

« Je rêve d’être une bonne personne, aussi bonne que tous ceux que je ne connais pas, qui sont quelque part loin et qui m’aident de manière totalement désintéressée. »

Comment ce petit village du nord du Burkina Faso évolue grâce à votre soutien confirme le principe que pour que le mal triomphe, il suffit que les bonnes personnes ne fassent rien, et pour que le bien triomphe, un seul petit bon geste suffit. Le simple mécanisme de relance de l’économie locale qui s’est produit à Gourcy fait sourire les gens. Sont-ils heureux ? Comme jamais auparavant.

De quoi ont-ils le plus besoin aujourd’hui ? Avec de moins en moins d’eau d’année en année, les températures font rage et sans investir dans de nouvelles solutions d’irrigation, la météo pourrait enfin nous battre.

Et vous, pouvez aider à changer des vies ?

Gosia Tomaszewska qui supervise le projet sur place au Burkina Faso, nous demande d’aider à creuser un autre puits profond dans la nouvelle partie de notre jardin. Une estimation détaillée des coûts, qu’elle a préparée avec des experts, s’élève à 75 000 PLN. C’est beaucoup, mais le prix comprend une pompe efficace et des panneaux solaires qui nous aideront à extraire l’eau de manière écologique – sans nuire à l’environnement, qui en a déjà souffert. 75 mille PLN, c’est 7 500 personnes qui trouveront aujourd’hui 10 PLN dans leur portefeuille et le transformeront en eau vitale. Nous sommes ici près de 10 fois plus, si fermement croyonsque nous pouvons le faire dans le temps !