Les Topes-là 5 qui sauvent des vies. Un petit changement crée de grands miracles !

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

27 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

7 000

patients atteints de paludisme
En 2023 nos sage-femmes ont assisté à environ

953

accouchements

17.08.2023

« Je suppose qu’il ne reste plus qu’à prier. » L’infirmier André aimait trop résoudre tous les problèmes en s’adressant au Très-Haut, mais dans ce cas-ci, il fallait lui en attribuer le mérite. Les antibiotiques étaient épuisés depuis une semaine, mais d’autres patients ne le savaient pas et se pressaient contre la porte du cabinet.

Au milieu de la jungle, une chaleur cauchemardesque et des dizaines de patients à peine debout. Des femmes portant des enfants âgés en écharpe qui, épuisés par la déshydratation, ne pouvaient plus marcher seuls.

Ce n’est qu’une question de temps avant que le personnel ne tombe malade et quand ils partent, tout s’effondre. À qui administrer l’une des dernières perfusions intraveineuses ?

Mais ce n’est pas notre réalité et ce n’est pas l’histoire de nos patients. Nous en étions séparés par quelques dizaines de Tope-là 5 !

De petites sommes qui, une fois rassemblées en une somme plus importante (mais pas du tout déraisonnable), nous ont cette fois encore permis de nous préparer au choléra lorsque nous avons entendu les premières rumeurs d’épidémies lointaines de la maladie. Parce que c’est la clé de cette histoire : grâce à vos déclarations, nous savions quels achats nous pouvions nous permettre avant que le problème ne nous arrive.

La différence entre la vie et la mort est parfois de 5 PLN. C’est une somme d’argent qui traîne dans nos poches, pour finir par être dépensée dans une barre chocolatée. Grâce à ces mêmes 5, les rayons des hôpitaux se remplissent de doxycycline et de perfusions intraveineuses. La doxycycline est ridiculement bon marché, même au Congo (RDC), mais la situation se complique lorsque tout le monde en a besoin en même temps. En regardant nos approvisionnements sûrs, nous pensions tout le temps « … comme c’est bien d’avoir tout cela ».

Nous avons déjà administré un lac de perfusions intraveineuse, car chaque patient a besoin de 4 à 7 litres par jour. Avec une déshydratation aussi rapide, c’est une véritable bataille contre la montre, mais nous la gagnons. Vous êtes en train de gagner. Le nombre de patients est tombé à trois et nous n’avons aucun décès. La tente d’isolement que vous avez achetée plus tôt fait du bon travail. Nous avons également accès à de l’eau propre et filtrée au centre hospitalier – un autre mérite pour vous.

Merci pour chaque CINQ et s’il vous plaît, parlez-en à vos amis et à votre famille. Montrez-leur qu’il existe des endroits dans le monde où le 5 PLN a une valeur à l’épreuve de l’inflation. Qu’il existe un endroit où cinq zlotys peuvent acheter le plus beau cadeau pour quelqu’un. Ces cinq zlotys ici signifient la vie.

Donnez-nous un Tope-là 5 et écrivez uniquement de bons scénarios avec nous !

Aide urgente nécessaire

Sauvez la pharmacie pour les plus démunis au Togo

Cette somme permettra d'équiper les étagères de la pharmacie pour la première moitié de l'année. Ania et Mateusz s'occuperont de cela, et ils voleront au Togo en février pour remplir les étagères avec les antibiotiques, les antipaludéens et les analgésiques les plus essentiels. La pharmacie de Saoudé a des vies à sauver. Elle ne peut réussir sans votre soutien.

en savoir plus

Nous avons déjà:
2 032 EUR
Nous avons besoin de :
6 667 EUR