Aide urgente

Aide urgente pour les habitants de Moria 2.0

En mars, un gigantesque incendie dans le camp et maintenant des inondations provoquées par des moussons de plus en plus destructrices ont laissé des parties du camp sous l'eau. Joignez-vous à la collecte de fonds et aidez les personnes qui ont encore une fois tout perdu dans leur vie ! L'eau monte encore !

en savoir plus

Nous avons déjà:
15 076 PLN
Nous avons besoin de :
20 000 PLN

Fidel coud des masques

République démocratique du Congo

La RDC, le second pays africain en termes de superficie, est plein de paradoxes. D’un côte, il abonde en richesses naturelles (cobalt, cuivre, pétrole, diamants, or…) ; de l’autre, ses habitants sont parmi les nations les plus pauvres du monde. Depuis des décennies, la RDC est plongée dans des conflits à répétition qui sont à l’origine de l’une des crises humanitaires les plus importantes dans le monde.

Infos clés :
  • 77% de la population du pays vit dans une pauvreté extrême avec moins d’1,90 dollar par jour 
  • 16% de la population du pays, ce qui donne environ 13 millions d’individus, a besoin d’aide humanitaire urgente 
  • 13,6 millions de Congolais n’ont pas d’accès aux sources d’eau potable ni aux équipements sanitaires de base 
  • toute la RDC est parsemé de sources de maladies mortelles telles que la rougeole, le paludisme, le choléra ou le virus Ebola 
  • environ 10% de tous les cas mortels du paludisme en Afrique subsaharienne ont été enregistrés en RDC
Dans notre hôpital, on procède annuellement à environ

25 000

procédures médicales
Annuellement, nous prenons en charge environ

8 000

patients atteints de paludisme
En 2020 nos sage-femmes ont assisté à environ

1029

accouchements

28.05.2020

Chez nous un peu de la panique- c’est ainsi qu’aujourd’hui, notre sœur Agnieszka du Congo, a commencé sa correspondance. Elle écrit sur l’ambiance dans le village de Ntamugenga après que le COVID-19 a été identifié chez un nouveau ne de 11 mois dans un village voisin, de l’autre côté d’une plantation de café et derrière plusieurs champs de bananes. L’enfant est décédé et la nouvelle de la tragédie a effrayé les habitants de toute la région. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que jusqu’à présent, tout le monde était convaincu que la dizaine de cas officiels de virus reconnus et isolés dans la capitale provinciale à quelques dizaines de kilomètres, c’était tout ce qu’il y avait. Il est clair maintenant que le virus se propage.

Au Congo, les écoles ont été fermées il y a quelques semaines et le rassemblement a été interdit. Cependant, forcer les gens à rester chez eux est impossible. Beaucoup ne l’ont pas (leurs chez eux) tout simplement, et ceux qui l’ont, se servent pour dormir. Ici, la vie se passe dans la rue. Les gens n’ont pas d’économies. Chaque jour, ils doivent quitter la maison pour gagner au moins un repas. Affaiblis par une mauvaise alimentation et d’autres maladies, ils sont encore plus sujets aux complications s’ils contractent le COVID-19.

Fidel, notre tailleur d’hôpital, coud des masques sans arrêt ; sœur Agnieszka a développé une ligne de production de casques de protection. Personne ne doute pas que quelqu’un infecté finira par se retrouver dans notre hôpital, car où ira-t-il ayant besoin d’aide. 

L’épidémie du coronavirus nous montre tous une chose importante. Nous tous vivons plus près les uns des autres que nous ne le pensions. Nous sommes tous voisins et le virus a montré à quel point nous sommes connectés (les uns aux autres).  Visiter notreBoutique de bienfaisance en ligne et placer dans le panier un kit de protection pour notre hôpital au CongoAujourd’hui, ils ont que nous.